«La réforme globale et intégrée de l’Administration publique s’impose sans délai»

«La réforme globale et intégrée de l’Administration publique s’impose sans délai»

SM le Roi Mohammed VI adresse un message aux participants au Forum national de la haute fonction publique

Le Souverain a appelé à l’adoption de la Charte des services publics, prévue par la Constitution et qui, dotée d’un caractère contraignant, doit devenir la référence fondamentale en matière de bonne gouvernance, de gestion des administrations publiques, des collectivités territoriales et des services publics.

SM le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants au Forum national de la haute fonction publique, qui a ouvert ses travaux mardi à Skhirat.

Dans ce message adressé aux participants à ce forum tenu à l’initiative du ministère chargé de la réforme de l’administration et de la fonction publique, le Souverain a souligné que l’administration marocaine, qu’elle soit centrale ou locale, aborde un tournant majeur, qui exige que ses responsables s’impliquent avec vigueur dans la dynamique de changement économique et social que connaît le Royaume.

SM le Roi a indiqué dans ce message, dont lecture a été donnée par le conseiller du Souverain, Abdeltif Manouni, qu’une réforme de l’administration était nécessaire afin de hisser sa productivité à des niveaux supérieurs et l’infléchir pour qu’elle s’adapte aux changements intervenus à l’échelle nationale, qu’elle assimile les dynamiques d’évolution à l’œuvre au niveau mondial, et qu’elle contribue à relever les défis de développement auxquels est confronté le Maroc.

«Pour notre pays, le choix est stratégique dans la mesure où une telle orientation permettra indéniablement d’asseoir les fondements du modèle de développement que Nous appelons de Nos vœux. Ainsi, l’Administration pourra élaborer et développer, dans des domaines variés, des politiques publiques efficaces et efficientes», a assuré le Souverain. Aussi, SM le Roi a rappelé, dans ce cadre, que depuis son accession au Trône, il a œuvré à la mise en place du nouveau concept d’autorité, veillé à ce que le principe de bonne gouvernance soit inscrit au cœur de la Constitution comme une condition préalable à l’organisation et à la gestion du service public, et s’est attaché aussi à rendre opérationnel le principe constitutionnel de corrélation entre responsabilité et reddition des comptes.

Le Souverain a, à cette occasion, appelé à l’adoption de la Charte des services publics, prévue par la Constitution et qui, dotée d’un caractère contraignant, doit devenir la référence fondamentale en matière de bonne gouvernance, de gestion des administrations publiques, des collectivités territoriales et des services publics.

Abordant la question fondamentale de l’efficacité de l’administration publique et des établissements de l’Etat, le Souverain a fait savoir que deux démarches étaient indispensables pour un traitement judicieux de cette question, notamment une révision des méthodes de travail des structures administratives et une refonte des modalités de gestion des ressources publiques, en vue d’une utilisation optimale des moyens en place.Et d’ajouter que la valeur et l’efficacité des administrations se mesurent aujourd’hui à l’aune de leur contribution à renforcer la compétitivité de leurs pays respectifs et ainsi à les mettre en capacité de livrer la rude bataille de captation des investissements, des compétences et des capitaux. SM le Roi a également mis l’accent sur la nécessité de doter l’administration de ressources humaines qualifiées, à travers également la formation et la mise à niveau continues des membres du personnel administratif, cadres et agents.

«De plus, les recrutements doivent être effectués en parfait accord avec les besoins réels de l’administration concernée et en fonction des qualifications requises pour les postes à pourvoir. Dans la même veine, il faut veiller au strict respect des critères de compétence, de mérite et d’égalité des chances au cours de ces processus d’embauche», a noté le Souverain.

Pour assurer plein succès à ce chantier de réforme, il sera également question de l’amélioration des structures organisationnelles, du développement des méthodes de gestion, de la moralisation du service public et du perfectionnement du cadre juridique.

Ces Assises s’assignent pour objectifs d’approfondir le débat sur le système de la haute fonction publique avec ses différentes composantes et de mener la réflexion sur les divers scénarios de réforme susceptibles d’être adoptés, avant d’aboutir à des recommandations pratiques et innovantes relatives à la restructuration du système de la haute fonction publique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *