La représentation politique des femmes en débat à Tanger : «Les propositions de la déclaration gouvernementale sont pauvres»

La représentation politique des femmes en débat à Tanger : «Les propositions de  la déclaration gouvernementale sont pauvres»

La représentation politique des femmes au Maroc demeure faible et ne répond pas encore aux attentes des militants féministes. C’est ce qu’affirment les participants à une conférence-débat tenue, jeudi 26 janvier, à Tanger. Organisés par Convergences 21, section locale, les travaux de cette manifestation se sont déroulés sous le thème «Nouvelle Constitution, formation du gouvernement et représentation politique des femmes». «Le taux de représentation parlementaire des femmes au Maroc, qui est de près de 17%, est loin du compte. Nous avons besoin d’améliorer ce taux de représentation et de le ramener jusqu’à 30%», indique Saïd Saâdi, ancien secrétaire d’Etat chargé de la protection sociale, de la famille et de l’enfance et promoteur du fameux Plan d’intégration de la femme au développement qui a abouti à la réforme du «Statut de la femme au Maroc». Les participants à cette manifestation tiennent à préciser que les dispositions contenues dans la nouvelle Constitution stipulent l’égalité entre les hommes et les femmes dans les droits et libertés à caractères civil, politique, économique, social, culturel et environnemental. Ils déplorent par contre le fait que parmi les trente-et-un membres formant le nouveau gouvernement figure une seule femme, en l’occurrence la présidente de l’organisation des femmes du Parti de la justice et du développement (PJD), Bassima Hakkaoui, qui vient d’être nommée ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social. De même, «les propositions en matière d’égalité des sexes contenues dans la déclaration gouvernementale sont pauvres», affirme M. Saâdi, tout en appelant «à la vigilance pour que les acquis engrangés par le Maroc en matière d’égalité des sexes ne soient pas remis en cause». De son côté, Rhizlaine Benachir, responsable à l’Agence de développement social et coordinatrice du Forum des femmes marocaines Joussour, parle de la contribution des ONG féminines et des droits humains et des sections féminines des partis politiques pour l’amélioration de la représentation politique des femmes et leurs propositions pour la nouvelle Constitution marocaine. «Il est tellement important que des femmes occupent des postes de décision pour faire avancer la cause féminine», dit-elle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *