La SGMB lance son fonds d’investissement

La SGMB lance son fonds d’investissement

Jeudi 11 mai, le siège de la Société Générale marocaine des banques à Casablanca a connu le lancement officiel de SGAM Al Kantara Morocco. Ce fonds, doté de quelque 350 millions DH, est lancé par le groupe Société Générale (actionnaire à hauteur de 30 % dans ce fonds) à travers sa filiale SGAM Alternative Investments (SGAM AI). Et le management du Groupe Société Générale s’est déplacé à Casablanca pour l’occasion. Philippe Collas, directeur général adjoint du groupe, Philippe Brosse, directeur général de SGAM Alternative Investments (SGAM AI) ont animé la conférence de presse. Etaient également présents Abdelaziz Tazi, président du conseil de surveillance de la SGMB et Jérôme Guiraud, président du directoire de la banque marocaine. Pour Philippe Brosse, ce fonds est un outil mis à la disposition des entreprises marocaines pour les accompagner dans leur développement. «Ce fonds offre par ailleurs aux investisseurs marocains une opportunité de premier plan pour bénéficier de la croissance que l’économie marocaine devrait connaître dans les années à venir». Et d’ajouter que «l’appui apporté par la SGMB pour la levée de fonds et l’identification d’entreprises candidates constitue un élément de réussite supplémentaire du projet». Jérôme Guiraud abonde dans le même sens. Pour lui, ce fonds est une «contribution au développement du tissu marocain de PME/PMI». Seront ainsi ciblées les entreprises de taille moyenne appartenant à des secteurs à fort potentiel, «susceptibles de bénéficier de la libéralisation et de l’ouverture à l’international de l’économie marocaine», comme l’ont tenu à signaler les promoteurs de ce fonds qui pourra investir jusqu’à 150 millions DH par opération, en co-investissement avec le fonds régional SGAM AI Kantara (lancé par SGAM AI pour le Maghreb), avec un horizon de sortie de 3 à 5 ans.
Deux volets sont clairement définis dans la stratégie d’investissement de SGAM AI Kantara Morocco. Le premier concerne des opérations de capital développement à travers des prises de participation dans le capital d’entreprises bien établies au Maroc sous la forme d’une augmentation de capital. Le second volet concerne des opérations de capital transmission. Dans ce cas, le rachat de sociétés est de mise, parfois en association avec leurs dirigeants, en utilisant des techniques financières à effet de levier bancaire (LBO ou Leverage Buy Out).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *