Laâyoune : Choubani pris à partie par les diplômés chômeurs

Laâyoune : Choubani pris à partie par les diplômés chômeurs

Le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile Lahbib Choubani est passé par une véritable épreuve à Laâyoune lorsqu’il a été hué à Laâyoune par les diplômés chômeurs.

Le samedi 28 décembre le Palais des congrès de Laâyoune devait abriter le 18ème colloque régional du dialogue national sur la société civile et les nouvelles prérogatives constitutionnelles sous la présidence du ministre Choubani, sauf que cette fois les différents groupes de chômeurs de Laâyoune ont décidé de faire le déplacement en masse pour protester contre leur exclusion de ce débat.

Quelques minutes après l’ouverture officielle, les représentants de ces derniers se sont imposés pour prendre la parole sur la tribune officielle de la rencontre devant le ministre pjdiste pour exprimer leur mécontentement de la méthodologie suivie par les organisateurs de cet événement, notamment pour le choix des associations locales invitées à ce débat, et pour s’exprimer au nom des chômeurs locaux.

Selon eux, les initiateurs de cette rencontre ont fait preuve d’une grande partialité et beaucoup de sympathie avec des ONG bien précises. Avant de scander par la suite une série de slogans politiques à l’encontre du gouvernement de Benkirane et de Choubani qui a vécu de mauvais moments et qui s’est éclipsé, évitant ainsi de subir plus de foudres de la part des chômeurs mécontents, et ce après avoir jeté l’huile sur le feu par des déclarations qui ont provoqué l’ire de ces protestataires.
Le ministre a fini par plier dans l’après-midi et s’est entretenu avec les représentants de ces groupes de chômeurs après la médiation des militants de son parti.

Cette rencontre qui avait initialement pour but d’établir le dialogue avec le tissu associatif de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra qui compte plus de 1.600 associations s’est vite transformée en une véritable impasse pour le ministre Choubani et son staff qui se sont retrouvés par la suite tout seuls. Les autres travaux de ce forum, notamment les ateliers consacrés à l’examen des propositions des représentants de la société civile de la région, se sont déroulés, à part les organisateurs, devant des chaises vides.

Pour rappel, le dialogue national sur la société civile et ses nouvelles prérogatives constitutionnelles a été lancé le 13 mars dernier par le gouvernement en vue d’être à l’écoute des attentes et des propositions des associations de la région et de tous les acteurs civils, et s’assigne pour objectifs d’inventorier et analyser les dispositions de la Constitution traitant de la société civile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *