Laâyoune: L’allégeance, un pilier fondamental dans les liens existants entre le Nord et le Sud

Laâyoune: L’allégeance, un pilier fondamental dans les liens existants entre le Nord et le Sud

Organisé par le Syndicat national des adouls du Maroc (SNAM) en partenariat avec l’Institut Cheikh Mrabbih Rabou Maa El Ainaine et en collaboration avec l’Instance nationale des Marocains du monde à l’occasion de l’anniversaire de la présentation du Manifeste de l’Indépendance, ce colloque a permis de s’arrêter sur le concept de l’allégeance d’un point de vue religieux, le situant dans ses contextes historique et national en se référant aux actes d’allégeance accomplis par les notables des régions du Sahara aux Souverains du Maroc, et en s’arrêtant également sur l’histoire millénaire du Maroc riche d’enseignements illustrant les liens indéfectibles entre les provinces du sud et le nord du Royaume.

Le programme de ce colloque scientifique qui s’est déroulé au Palais des congrès comprend une série d’exposés sur «L’histoire de l’allégeance et les tribus sahraouies», «Le document de l’allégeance, symbole d’identité et de fidélité à l’intégrité territoriale», «La dimension juridique de l’allégeance» et «Intégrité territoriale et leviers de l’Etat moderne: la régionalisation avancée».
Les participants ont mis l’accent sur le contexte civilisationnel de cette unité spirituelle et doctrinale, soulignant la grande portée de la Marche Verte en tant qu’événement historique inédit au vu de ses significations unionistes et ses dimensions de développement. 

Selon eux, le concept d’allégeance constitue un pilier fondamental dans les liens existants entre le Nord et le Sud du Maroc, ces liens ont été perpétués jusqu’à maintenant, consacrant la marche du Maroc vers un avenir prospère.

Les intervenants sont revenus de même sur les différentes étapes de la lutte nationale pour l’indépendance du pays, le parachèvement de l’intégrité territoriale du Royaume et la consolidation de l’unité du Maroc. Ils ont également souligné que les revendications légitimes du Maroc sur les provinces du Sud, un territoire qu’il a récupéré au moyen d’une marche pacifique, sont justifiées par des liens historiques, sociopolitiques, et juridiques existant entre le nord et le sud du pays depuis des temps immémoriaux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *