Lancement de consultations nationales sur le Pacte mondial pour les migrations

Lancement de consultations nationales sur  le Pacte mondial pour les migrations

A l’initiative du ministère délégué chargé des MRE et des affaires de la migration

Quatre réunions étaient prévues par les organisateurs, notamment avec la société civile, la communauté académique, le secteur privé et les institutions publiques. La discussion se concentrera sur quatre axes, à savoir les droits des migrants et l’intégration sociale; la mobilité et travail, le trafic illicite de migrants et la traite des êtres humains en plus des migrations et du développement; et développement.

Les consultations nationales sur le Pacte mondial pour les migrations sûres, ordonnées et régulières viennent d’être lancées. Il s’agit d’un événement organisé par le ministère délégué auprès du ministre des affaires étrangères, chargé des MRE et des affaires de la migration. Les consultations qui se poursuivent jusqu’à demain 29 septembre à Rabat s’inscrivent dans le cadre de la participation du Maroc à la préparation du Pacte mondial, et ce en partenariat avec l‘Organisation internationale des migrations.

«Ces consultations rentrent dans le cadre des préparatifs du Royaume en vue de l’ouverture des prochaines négociations intergouvernementales au niveau mondial en 2018. Le but est d’enrichir la contribution du Maroc au Pacte mondial sur les migrations sûres, ordonnées et régulières», expliquent les responsables. Et de poursuivre : «Ces consultations comprennent une série de rencontres avec les différents acteurs afin de discuter de leurs propositions et recommandations pour que la contribution du Maroc au Pacte mondial englobe les différentes préoccupations de l’ensemble des parties prenantes dans le domaine de la migration au Maroc». Dans ce sens, la même source précise qu’un nombre important d’associations actives dans ce domaine devrait enrichir. Pour ce faire, quatre réunions étaient prévues par les organisateurs, notamment avec la société civile, la communauté académique, le secteur privé et les institutions publiques. La discussion se concentrera sur quatre axes, à savoir les droits des migrants et l’intégration sociale; la mobilité et travail, le trafic illicite de migrants et la traite des êtres humains en plus des migrations et du développement; et développement.

«Il est bien connu que le Maroc renouvelle ses engagements à cet égard grâce à sa participation à plusieurs réunions régionales telles que le cycle de Rabat (dialogue euro-africain sur les migrations et le développement) et le groupe de dialogue 5 + 5», concluent les responsables tout en rappelant que le Maroc co-préside avec l’Allemagne le Forum mondial sur les migrations et le développement pour les années 2017 et 2018. Au cours des dernières années, le Maroc a pris de nombreuses mesures en faveur des migrants, notamment à travers la stratégie nationale de la migration. Approuvée en Conseil de gouvernement fin 2014, ladite stratégie constitue l’un des piliers majeurs de la politique migratoire du pays. Il a également été question au cours des dernières années d’opérations de régularisation de migrants en situation irrégulière sur le territoire national. A cela s’ajoute l’élaboration de projet de loi concernant la migration et l’asile ainsi que la lutte contre la traite des êtres humains.

Adopté en 2016, ce dernier s’inscrivait dans le cadre des recommandations du rapporteur spécial des Nations Unies sur la traite des êtres humains. Le texte comprend ainsi des définitions larges de la traite des êtres humains et les concepts de l’exploitation et de la victime, conformément aux orientations adoptées à l’échelle internationale, notamment le Protocole de Palerme. Par ailleurs, un programme d’aide humanitaire d’urgence en faveur des immigrants en situation d’extrême vulnérabilité avait été aussi mis sur pied. Les autorités du pays avaient, en outre, procédé au lancement de projets d’intégration éducative, culturelle, sociale et économique par des institutions publiques et la société civile, avec le soutien du ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, outre l’organisation d’ateliers thématiques et de forums internationaux sur des sujets liés à la migration et l’asile. Ce sont là autant de projets qui font du Maroc un pays modèle dans la rive Sud de la  Méditerranée en matière de migration et d’asile. La politique marocaine dans ce domaine sera sans nul doute mise en avant au cours des négociations intergouvernementales prévues dans quelques mois.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *