Larache réfléchit à l’après-cannabis

L’Association de soutien au développement en milieu rural  »Targa-Aide » a présenté les grandes lignes de ces études réalisées dans la perspective de développer des cultures de substitution au profit des agriculteurs de ces communes dont le principal revenu provenait de l’exploitation de petits lopins de terre consacrés à la culture du cannabis. La campagne de sensibilisation auprès des populations locales avant le lancement de la vaste offensive qui a permis de raser près de 4.000 ha de cultures de cannabis, avait porté, entre autres, sur la promesse d’un soutien à la reconversion vers des activités génératrices de revenus.
A cet effet, une convention spéciale de partenariat a été conclue en juillet dernier entre l’Agence de développement des provinces et préfectures du Nord (APDN), l’Agence de la promotion nationale et l’Association Targa. En vertu de cette convention, l’Association Targa s’est chargée de la réalisation de ces études monographiques qui constituent la première étape d’un programme de développement humain pour cette région enclavée. Un programme de développement local où l’APDN s’est engagée à apporter un financement de près de 60 millions DH. L’étude a été confiée à Targa-Aide qui dispose d’une solide expérience dans de pareilles missions. L’association est constituée d’un réseau d’enseignants-chercheurs de diverses institutions universitaires, de cadres et de techniciens mobilisables en fonction de leurs compétences autour de projets de développement au profit des populations rurales nécessiteuses vivant dans des zones d’écologie fragile. Lors d’une rencontre à la province de Larache, Mohamed Tozi, membre de Targa-Aide, a présenté les grandes lignes de cette étude qui a porté notamment sur le recensement des ressources et potentialités des 12 communes et sur un sondage auprès des populations pour identifier leurs besoins. Un souci dicté par la volonté de s’armer d’une vision réaliste pour l’élaboration d’un plan de développement local qui répond aux aspirations des populations de chaque commune. L’étude indique que la population des communes cibles, plus de 150.000 habitants selon le recensement 2004, se caractérise par une prévalence de l’analphabétisme qui varie entre 52,6 % (commune de Tazrout) et 79,2 % (commune de Rissana). L’étude constate également une sensible régression de la population dans quatre communes en raison de l’exode vers les centres urbains.
Une étude sur les finances des communes durant les cinq dernières années relève une faiblesse des recettes avec une irrégularité chronique, ainsi que la prépondérance des dépenses de fonctionnement, puisque 60 à 80 % du budget est engloutie par la masse salariale des employés. Une telle situation, souligne M. Tozi, affecte la rubrique investissement et empêche une planification à moyen et à long termes avec des projets de développement consistants. Concernant les services de base, les études indiquent que le taux de couverture par le réseau électrique varie de 32% (C. Tazrout) à 100% (C.Boujediane et C. Rissana).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *