L’armée israélienne continue son carnage

Selon des sources hospitalières et sécuritaires, trois Palestiniens, âgés de 11, 18 et 22 ans, ont été tués quand les soldats ont ouvert le feu sur des lanceurs de pierres à l’entrée du camp de réfugiés de Jabaliya. Un policier de 25 ans, blessé, a été évacué à l’hôpital où il est décédé. Un activiste du mouvement radical Hamas âgé de 24 ans a été tué dans un accrochage avec des soldats israéliens à Jabaliya.
Au total, 45 Palestiniens ont été blessés lors des opérations israéliennes, dont douze lorsque des hélicoptères de combat ont ouvert le feu sur le camp de Jabaliya dans la nuit de mercredi à jeudi. Ces morts portent à 4.299 le nombre de personnes tuées depuis le début de l’Intifada fin septembre 2000, dont 3.285 Palestiniens et 943 Israéliens. Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès de l’armée israélienne dans l’immédiat au sujet des détails de l’opération. L’armée a lancé, mercredi, cette vaste opération, prenant position à l’orée des localités de Jabaliya et Beit Lahya, et a élargi, jeudi, son champ d’action en avançant de plusieurs centaines de mètres vers le sud après l’arrivée de renforts, selon des sources sécuritaires et des témoins.
En dépit de ce déploiement, une roquette artisanale de type Qassam tirée depuis la Bande de Gaza s’est abattue dans la matinée sur le désert israélien du Néguev, sans faire de victime, selon une source militaire israélienne. Et dans le sud de la bande de Gaza, un obus de mortier est tombé sur un hangar dans la colonie juive de Gadid, du bloc de Goush Katif, provoquant des dégâts matériels. La source militaire a, en outre, affirmé que des soldats avaient ouvert le feu et « touché » un Palestinien suspect, alors qu’il s’approchait de la clôture protégeant la colonie juive de Bedolah, également à Goush Katif. Il n’a pas été possible dans l’immédiat de déterminer s’il avait été tué. Toujours à Goush Katif, un des soldats affectés à la garde de la colonie de Névé Dekalim a été blessé par des balles tirées par des Palestiniens, selon l’armée. La Bande de Gaza restait coupée en quatre parties pour le troisième jour consécutif, l’armée bloquant en plusieurs endroits le principal axe routier nord-sud. « Pratiquement, la Bande de Gaza est totalement bouclée depuis 48 heures, sans possibilité réelle d’entrer ou de sortir aussi bien pour les Palestiniens que pour les étrangers », a déclaré porte-parole de l’Agence de l’Onu pour l’aide aux réfugiés de Palestine (Unrwa), Paul McCann. « Si un changement n’intervient pas rapidement, la situation va devenir franchement préoccupante », a-t-il souligné.
« Nous condamnons cette grave escalade israélienne qui vise à torpiller toute initiative destinée à relancer le processus de paix », a affirmé le ministre palestinien en charge des Négociations, Saëb Erakat, en parlant de l’opération militaire. En Cisjordanie, un adolescent palestinien de 15 ans, qui lançait des pierres sur des soldats a été tué, écrasé par une jeep de l’armée, dans le camp de réfugiés d’Al-Amari près de Ramallah, selon des sources sécuritaires israélienne et palestinienne. Selon l’armée, le Palestinien a été heurté par une jeep qui rebroussait chemin après avoir été attaquée à coups de pierres. Enfin, les dirigeants des colons israéliens de Cisjordanie et de la Bande de Gaza ont souligné les dangers, selon eux, du plan de retrait de Gaza du Premier ministre israélien Ariel Sharon, lors d’une rencontre avec l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, Dan Kurtzer, la première du genre.

• Sakher Abou El-oun (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *