L’assassin est un tueur en série

L’assassin est un tueur en série

L’auteur des assassinats de Taroudant a été arrêté. Il s’agit «d’un vagabond psychopathe» qui vivait sur un terrain vague non loin du lieu où ont été découverts les corps des huit victimes, rapporte la MAP. L’assassin a avoué ses crimes. Il a des penchants pédophiles, ajoute la source citée par la MAP. Il est né en 1962, confie à ALM une source policière et procédait de la même façon. Repérant ses victimes à la gare routière, il les entraînait de force pour abuser d’elles avant de les tuer. Ensuite, il les enterrait. Il perpétrait ses crimes sur le terrain non bâti d’un lotissement et dormait sur des sacs en plastique, indique la source interrogée par ALM. L’affaire de Taroudant livre donc son assassin. Mais beaucoup d’éléments demeurent obscurs.
Comment un vagabond peut-il entraîner «de force» ses victimes, sans attirer l’attention des passants ?
Comment peut-il opérer sur un terrain vague ?
Qu’est-ce qui l’a poussé à les déterrer pour les jeter en une seule fois sur une voie publique ? L’enquête est en cours pour donner des éléments de réponse à ces questions. Néanmoins, la thèse d’un tueur en série se confirme avec l’arrestation du vagabond. Lors d’un entretien avec ALM (n° 715), Saïd Louahlia, directeur de l’Institut médico-légal au CHU Ibn Rochd de Casablanca, qui mène les investigations sur les huit corps retrouvés, avait clairement privilégié la piste d’un serial killer. L’arrestation du vagabond de Taroudant lui donne raison.
A rappeler que huit cadavres, en état de décomposition très avancée, ont été retrouvés, le matin du vendredi 20 août, sur une voie publique à Taroudant. Ils ont été jetés dans une rue passante. La plupart des cadavres étaient si bien décomposés qu’ils étaient déjà au stade de tas d’ossements. Cinq d’entre eux, carrément des squelettes, ont été amoncelés à découvert dans un même endroit. Tandis qu’à 500 mètres de là, trois cadavres ont été mis dans des sacs en plastique. Ils dégageaient de mauvaises odeurs en raison de leur putréfaction. Des parties tronquées, dont un buste sans tête et la partie inférieure comportant l’aine et les jambes, figuraient parmi les membres enveloppés dans des sacs en plastique. L’auteur des crimes est écroué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *