Le combat des egos divise l’USFP

Le combat des egos divise l’USFP

Le combat pour le leadership au sein de l’USFP continue à faire des dégâts. Après l’avoir annoncé  il y a une semaine Ahmed Zaidi, membre du bureau politique et président du groupe socialiste à la Chambre des représentants tient toujours à démissionner. «Ma démission est définitive et irréversible» a-t-il déclaré à la presse. Ceci bien que sa démission a été rejeté catégoriquement  par Abdelouahed Radi, secrétaire général de l’USFP.
Ainsi le bureau politique du parti doit tenir une réunion aujourd’hui. Et ce à la demande des membres du groupe parlementaire afin d’examiner cette affaire.  Rappelons que la démission de M.Zaidi fait suite à plusieurs divergences avec d’autres membres du groupe parlementaire socialiste. En particulier, l’ex-ministre Driss Lachgar et le député Abdelhadi Khayrat. «Alors que ces derniers souhaitent adopter une opposition plus féroce par rapport à un  gouvernement qualifié de populiste, M.Zaidi lui préconise une approche plus retenue, moins spectaculaire et plus constructive», estime un membre du parti. Aussi selon plusieurs observateurs de la scène politique, ce sont les luttes intestines que connaît l ’USFP qui font surface dans son groupe parlementaire. Il est également à noter que ce groupe parlementaire composé de 39 députés comprend de grandes figures du parti, notamment 10 membres du bureau politique et plusieurs ex-ministre.  Ceci fait que quelques parlementaires éminents se comportent sans coordination avec le président du groupe. Par ailleurs, la majorité des membre du groupe a exprimé son refus de la démission de M. Zaidi. «On s’attache à ce que M.Zaidi demeure président du groupe parlementaire socialiste», a indiqué à ALM Rachida Benmasoud membre du bureau politique (voir entretien).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *