Le comité préparatoire attend le verdict du tribunal administratif de Rabat

Le comité préparatoire attend le verdict du tribunal administratif de Rabat

La gestation du Parti du printemps démocratique marocain ne semble pas aisée. Hier matin, le tribunal administratif de Rabat devait se prononcer par rapport à la création du Parti du printemps démocratique marocain. Et ce, à l’issue du dépôt par le ministère de l’intérieur d’une demande pour interdire la création de ce parti.  Le comité préparatoire du «Parti du printemps démocratique marocain» a reçu la nouvelle avec désarroi : «Cette décision du ministère de l’intérieur nous a surprise surtout que nous comptions organiser prochainement un certain nombre d’activités, notamment, le congrès fondateur du parti», a indiqué à ALM Abdelfettah Belamchi, membre du comité préparatoire du parti. Toutefois pour les membres fondateurs, la création du parti n’en est pas pour autant exclue, sachant que des ajustements peuvent être apportés au dossier administratif du parti jugé incomplet par le ministère de l’intérieur. En effet, le ministère aurait pointé du doigt un certain nombre de failles dans le dossier, notamment le fait que 62 documents administratifs ne sont pas datés, que les trois membres fondateurs ne soient pas inscrits dans les listes électorales et que parmi les 346 signataires pour la création du parti, 3 membres semblent toujours adhérer à d’autres formations politiques.  «La demande d’interdiction déposée par le ministère revêt un caractère purement technique et administratif et n’a pas pour le moment à être interprétée de manière politique. Ceci dans la mesure où l’actuelle Constitution et la loi organique relative aux partis politiques, dans leur substance, encouragent la création de partis politiques», souligne M. Belamchi. Le comité préparatoire du Parti du printemps démocratique marocain rétorque que «pour ce qui est  des 3 membres qui auraient été membres d’autres partis, ils ont exprimé leur volonté de démissionner de ces partis avec lequels ils ne conservaient aucun attachement réel». Et d’ajouter «un tel nombre de partisans, 3 parmi les 346 signataires, montre clairement que notre parti et son projet de société attirent principalement des abstentionnistes et des jeunes qu’il s’agit de concilier avec la scène politique».
Pour ce qui est des trois membres fondateurs présumés ne pas être inscrits aux listes électorales, M. Belamchi explique que ces personnes ont tout simplement été rayées des listes sans s’en rendre compte et ce pour multiples raisons techniques. Il ajoute que le fait que 64 documents ne soit pas datés, est principalement la faute à l’administration qu’ils soient délivrés par des tribunaux, ou pas des collectivités locales. Et de conclure: «Les raisons de l’interdiction restent purement techniques et le parti a mis tous les éléments entre les mains d’un comité de défense présidé par le doyen des avocats de Rabat Maître Mohamed Aqdim pour régler l’affaire, nous avons foi en la justice et nous n’entendons pas arrêter notre lutte».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *