Le commerce intérieur passé au crible

Une étude sur le commerce intérieur est en cours d’élaboration. Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Mise à niveau de l’économie a confié la réalisation de cette étude au cabinet Ernest&Young. Ce dernier est chargé de mener une enquête sur le terrain pour mettre à nu les failles de ce secteur. Selon le ministère de tutelle, «le commerce intérieur a besoin d’une vision claire pour s’adapter à l’évolution économique et sociale». C’est dans ce sens, qu’il devenait nécessaire d’avoir une vue globale sur l’ensemble des secteurs qui le composent. «Cette étude suit une démarche participative, consensuelle, qui fait appel à tous les acteurs sectoriels. Elle est suivie par un comité de pilotage composé des représentants des opérateurs du secteur commercial et des administrations concernées», rappelle le communiqué du ministère.
La démarche adoptée pour la réalisation de cette étude est celle qui a présidé aux grands programmes structurant de notre économie, notamment le Plan Azur pour le tourisme qui a vu la participation de tous les opérateurs et du Programme Emergence dans l’élaboration duquel se sont impliqués tous les industriels et qui a été validé par le gouvernement. Cette étude sectorielle qui identifiera les axes stratégiques de développement du commerce intérieur devra déboucher sur un plan d’action, avec des objectifs chiffrés permettant de donner de la visibilité aux opérateurs, d’intégrer les réformes dans le cycle de planifications de l’Etat et de mobiliser les acteurs publics et privés autour d’une vision commune.
La réalisation de cette étude passe en premier lieu par la connaissance des problématiques clés et les freins structurels ou conjoncturels qui entravent le développement du secteur commercial sous ses différentes formes.
Elle vise d’autre part à définir, pour les dix prochaines années, des choix stratégiques en termes de politique de développement, de restructuration et de modernisation de ce secteur, mais aussi de sa nécessaire réglementation. Elle aboutira certainement à doter le Maroc d’une vision qui aiderait à mieux structurer les espaces commerciaux.
Selon Driss El Houat, président de la Fédération des chambres de commerce, d’industrie et de
services, cette étude pourra, entre autres, préciser les données du commerce intérieur et plus précisément dans le domaine de l’informel. «Plusieurs études ont été menées, mais jusqu’à présent nous ne disposons pas de statistiques fiables sur les petites et moyennes entreprises (PME-PMI)», a-t-il souligné en précisant que «cette étude devrait permettre d’adopter une nouvelle fiscalité pour celles-ci».   
Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Mise à niveau de l’économie prévoit, dans le cadre de cette étude, l’identification de trois régions pilotes par le comité de suivi en vue de concevoir et de mettre en œuvre des plans d’actions régionaux opérationnels axant sur les priorités. Ce plan d’action a pour finalité de déterminer les mesures à entreprendre au niveau régional pour assurer les meilleures conditions de développement, de restructuration et de modernisation du commerce intérieur durant les prochaines années.
Cette étude devra s’articuler également autour de plans stratégiques de développement de différentes filières au niveau local. Les résultats de cette étude seront révélés en avril 2007.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *