Le Conseil constitutionnel invalide deux nouveaux sièges au Parlement

Le Conseil constitutionnel invalide deux nouveaux sièges au Parlement

La sentence du Conseil constitutionnel vient de tomber. Deux nouveaux parlementaires ont perdu leur siège à la Chambre de représentants. Cette décision a été prise suite aux recours déposés par des candidats dans les mêmes circonscriptions que les députés déchus. Il s’agit notamment de Tagount Ibrahim, élu dans le scrutin du 25 novembre 2011 dans la circonscription de Azilal-Demnat. Tagount (Parti de l’action) perd ainsi son mandat de députation. Son parti perd également le seul et unique siège qu’il est parvenu à obtenir dans les dernières législatives.
Le deuxième parlementaire concerné par la décision des magistrats du Conseil constitutionnel est Abdellah El Hafed de l’Istiqlal. Le parti perd ainsi un siège dans la circonscription de Sidi Kacem. Ces deux parlementaires viennent s’ajouter à la liste des parlementaires de la première Chambre parlementaire qui ont perdu leurs sièges depuis le début de la législature actuelle. Au total, une vingtaine de parlementaires ont été déchus de leur mandat de députation en une année suite à des recours déposés par d’autres candidats. Certaines décisions ont mis des partis politiques dans des situations difficiles. C’est le cas pour le PPS (Parti du progrès et du socialisme). Ce parti qui fait partie de la coalition gouvernementale actuelle, risque de perdre son groupe parlementaire à la Chambre des représentants. Selon la loi en vigueur, seuls les partis disposant de 20 parlementaires et plus ont le droit de former des groupes parlementaires. En perdant un siège dans la circonscription de Chemaâya à Youssoufia, le PPS ne compte plus que 19 parlementaires. Il faut dire que l’homogénéité de la majorité gouvernementale se trouve face à une rude épreuve.
La journée de jeudi 20 décembre a été marquée par l’organisation d’élections partielles dans la circonscription d’Inezgane. Deux poids lourds de la majorité s’opposaient dans ces élections. Il s’agit du PJD (Parti de la justice et développement), chef de file de la majorité et le Parti de l’Istiqlal. Les deux formations ont sorti les gros moyens lors de la campagne électorale en dépêchant sur place leurs représentantes. Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement et secrétaire général du PJD, a fait le déplacement tout comme Hamid Chabat, le secrétaire général de l’Istiqlal.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *