Le Conseil supérieur des Ouléma prône un islam tolérant et condamne les discours fanatiques

Le Conseil supérieur des Ouléma prône un islam tolérant et condamne les discours fanatiques

Le Conseil supérieur des Ouléma, qui a clos samedi soir à Fès les travaux de sa 17ème session, a adopté plusieurs recommandations concernant la gestion et la mise à niveau du champ religieux au Maroc.



Les six commissions, mises en place par le Conseil durant cette session, ont préconisé un ensemble de mesures à même de dynamiser l’action des Conseils locaux des ouléma et le renforcement de leur rôle d’encadrement et de formation au service des populations et de la communauté.

Les commissions ont également plaidé en faveur d’une plus grande ouverture de ces conseils sur les établissements scolaires et les organisations de la société civile.

La commission chargée de réfléchir sur le renforcement du rôle des mosquées a examiné de façon approfondie le guide détaillé sur la méthodologie de promotion de ce rôle et de préservation de la mission d’éducation et de formation des fidèles dévolue à ces institutions religieuses qui jouent un rôle sensible et stratégique dans la vie de la Oumma, soulignant la nécessité de mettre ce guide à la disposition des Conseils locaux des ouléma, pour l’enrichir avant son adoption définitive.



Les ouléma ayant pris part à cette session se sont par ailleurs félicités du rôle grandissant joué par le Conseil européen des ouléma marocains et préconisé plusieurs actions même de promouvoir la formation des imams et le développement des moyens de contact et de communication avec les membres de la communauté marocaine en Europe.



Ils ont aussi examiné le budget du Conseil pour l’année 2014 en insistant sur le renforcement des activités scientifiques et culturelles, le soutien à l’édition et la publication, l’élargissement des bibliothèques, ainsi que la formation des cadres dans les domaines de la gestion administrative, financière et de la communication.



Plusieurs questions étaient inscrites à l’ordre du jour de cette session, se rapportant notamment au programme d’action annuel pour l’année 2014, aux mosquées et aux moyens d’élargissement et d’encadrement de la pratique de mémorisation du saint Coran.



Intervenant vendredi soir à l’ouverture de cette session, le secrétaire général du Conseil supérieur des ouléma, Mohamed Yessef, a indiqué que la réforme du champ religieux occupe une place de choix dans toute entreprise de développement de la société et d’émancipation des hommes, soulignant le rôle de la mosquée dans l’éducation et la formation des êtres humains ainsi que dans le rayonnement de l’Islam.

Il a relevé que l’un des importants points à l’ordre du jour de cette réunion est l’examen des moyens d’immuniser les mosquées et de préserver la sacralité de leur rôle dans la propagation d’un Islam tolérant et de juste milieu, loin des discours fanatiques qui sapent les fondements de la religion et de la société.



M. Yessef a précisé qu’un groupe de 1.200 jeunes imams, lauréats de l’Institut de formation des imams, sera chargé de la mise en œuvre de ce programme unique dans le monde islamique.

Selon le secrétaire général du Conseil supérieur des ouléma, cette session devait se pencher principalement sur les moyens de formation et de renforcement des compétences en gestion de la chose religieuse des nouveaux ouléma, qui viennent de rejoindre les conseils locaux des ouléma, en vue de leur permettre d’accomplir de la meilleure façon leur devoir religieux au service des croyants et de la société, insistant sur l’importance des délibérations du Conseil pour mettre au point les meilleurs moyens de gestion, de planification et de programmation des actions pour le prochain exercice et pour permettre aux ouléma d’échanger leurs expériences dans la gestion de la chose religieuse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *