Le dernier voyage de Powell en Palestine

« Je pense que le temps est venu d’aider les Palestiniens à aller de l’avant pour qu’ils aient un bon scrutin le 9 janvier », a déclaré M. Powell, après ses entretiens à Jéricho avec le nouveau chef de l’OLP, Mahmoud Abbas, le Premier ministre palestinien, Ahmad Qoreï et le président par intérim de l’Autorité palestinienne, Rawhi Fattouh. Réaffirmant la nécessité d’une « relance du processus de paix », il a appelé la direction palestinienne à agir pour empêcher les « terroristes de stopper de nouveau ce processus », en allusion aux attentats anti-israéliens. Lors d’une visite dans un centre d’enregistrement d’électeurs à Jéricho, il a exprimé l’espoir que « le début de coopération entre Israéliens et Palestiniens apparu ces dernières semaines allait se renforcer », selon un pool de journalistes présents. Les responsables du centre ont informé M. Powell que 1,7 million de Palestiniens s’étaient enregistrés, soit 75% du corps électoral.
Après ses entretiens à Jéricho, le secrétaire d’Etat américain est parti pour l’Egypte où il doit participer à la Conférence international sur l’Irak qui s’ouvre en fin d’après-midi à Charm el-Cheikh. Avant de se rendre à Jéricho, une oasis de la vallée du Jourdain, le secrétaire d’Etat sortant s’était entretenu à Jérusalem avec le Premier ministre israélien, Ariel Sharon et le chef de la diplomatie, Sylvan Shalom. Dans la foulée de cette rencontre, M. Sharon a annoncé qu’il était d’accord pour une participation des quelque 220.000 Palestiniens de Jérusalem-est occupée et annexée à l’élection présidentielle palestinienne prévue le 9 janvier pour désigner un successeur à Yasser Arafat, décédé le 11 novembre, à la tête de l’Autorité palestinienne. M. Sharon a souligné dans un communiqué de la présidence du Conseil, « qu’à son avis, Israël doit permettre le vote des Arabes de Jérusalem-est comme cela a été le cas dans le passé, mais la question sera débattue dans les forums appropriés et une décision sera prise à ce sujet ».
« Israël fera tout son possible pour faciliter l’élection au sein de l’Autorité palestinienne, afin qu’elle se déroule comme prévu. Tout dépend de la direction palestinienne », a-t-il indiqué. Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue israélien, M. Powell a de son côté jugé « important » que les Palestiniens de Jérusalem-est puissent participer à l’élection présidentielle palestinienne. « Il est important qu’ils puissent voter », a-t-il déclaré. « En ce qui concerne Jérusalem-est, il y a un précédent qui montre comment cette question peut être résolue », a ajouté M. Powell. En 1996, les Palestiniens de Jérusalem-est avaient pris part aux premières élections générales palestiniennes en votant dans certains bureaux de poste dans la ville ainsi que dans des bureaux de vote ouverts dans la banlieue proche de Jérusalem, en Cisjordanie.
La rencontre de Jéricho est la première de ce niveau, depuis près de trois ans, entre un membre de l’administration américaine et la direction palestinienne, Washington ayant veillé à mettre à l’écart Yasser Arafat qu’elle accusait de ne rien faire pour lutter contre les groupes armés responsables d’attentats anti-israéliens. M. Powell l’a rappelé à Jérusalem en soulignant la « détermination » du président George W. Bush « à saisir l’occasion qui s’est présentée après le décès du président Arafat ».

• Christophe de Roquefeuil
(AFP )

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *