Le Hamas plus que jamais isolé

L’annonce de l’ONU est intervenue après les décisions américaines et  européennes de couper les aides directes au cabinet, qualifiées par le Premier ministre Ismaïl Haniyeh de "punition collective" et de tentatives de "mettre à genoux" les Palestiniens. "La politique de l’ONU est hideuse et illogique. L’ONU est une organisation internationale qui se doit de coopérer. Malheureusement, sa décision injuste s’inscrit dans la campagne israélienne et américaine contre le gouvernement palestinien", s’est insurgé le porte-parole du gouvernement, Ghazi Hamad. Le cabinet était de nouveau réuni mercredi en séance hebdomadaire.Au menu des discussions, figurent la "crise financière" du gouvernement, qui n’a pas de fonds, et les intenses bombardements israéliens dans la bande de Gaza. M. Hamad a également regretté que l’ONU ne se soit pas exprimée sur les bombardements intensifs israéliens dans la bande de Gaza, qui ont coûté la vie à deux enfants depuis vendredi.
"Nous attendions de la part du (secrétaire général de l’Onu) Kofi Annan des déclarations sur les massacres et les crimes israéliens mais nous n’avons entendu aucune condamnation ni demandes à Israël", a-t-il ajouté. Pour ajouter à l’isolement international du Hamas, l’Egypte, le principal  allié des Palestiniens au Moyen-Orient, a annoncé le report de la visite du ministre des Affaires étrangères, Mahmoud Zahar, au Caire, arguant d’un "manque de temps". Un porte-parole des Nations Unies à New York a indiqué que l’organisation  avait adopté une nouvelle politique restrictive à l’égard de l’Autorité  palestinienne.
"Le sens du message est que le travail peut être accompli à des niveaux techniques plûtot que ministériels", a souligné à l’AFP, le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) dans les territoires palestiniens, Arnold Vercken. "En ce qui concerne nos services aux réfugiés, je ne suis pas inquiet", a poursuivi le directeur à Gaza de l’Unrwa, l’agence des Nations Unies pour le secours aux réfugiés de Palestine, John Ging. "Mes inquiétudes se portent sur notre financement et les personnes qui vont sombrer encore plus dans la  pauvreté", a-t-il ajouté. M. Ging a indiqué récemment que son agence manquait cruellement de fonds pour mettre en oeuvre son programme d’assistance humanitaire. Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils allaient accroître leur aide à l’ONU. "Nous espérons que nous continuerons à travailler dans les mêmes conditions  car c’est dans notre intérêt commun", a ajouté M. Vercken, soulignant que l’ONU, membre du Quartette pour le Proche-Orient, s’était "alignée sur la position des autres membres du Quartette". Mais les rangs de l’instance internationale, auteur du dernier plan de paix entre Israéliens et Palestiniens, sont divisés, la Russie ayant estimé que la suspension des aides directes était "une erreur".
Le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat, a appelé, lors d’une  rencontre avec le consul français Alain Rémy, l’UE a poursuivre son "aide" et son "soutien" aux Palestiniens particulièrement pour la construction des  infrastructures, des écoles, des hôpitaux. Sur le terrain, les bombardements du nord de la bande de Gaza se sont poursuivis en représailles aux tirs de roquettes. Selon un porte-parole de l’armée israélienne, treize roquettes artisanales ont été tirées mardi vers Israël à partir de la bande de Gaza et une quatorzième a été tirée mercredi  matin. Un appareil israélien a également tiré dans la nuit un missile sur un bureau de l’organisation des jeunesses du mouvement Fatah, occasionnant  d’importants dégâts mais pas de victimes. L’armée a affirmé que le bureau servait de permanence aux Brigades des Martyrs d’Al Aqsa, un groupe armé lié au Fatah de Mahmoud Abbas, auteurs de nombreux tirs de roquettes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *