Le luxe, point commun des hébergements des équipes du Mondial

Le luxe, point commun des hébergements des équipes du Mondial

Les 32 équipes qualifiées pour le Mondial en Afrique du Sud sont pour la plupart hébergées dans des conditions luxueuses, essentiellement aux frais de la FIFA, et l’équipe de France, critiquée dimanche par la secrétaire d’Etat aux Sports Rama Yade, ne fait pas exception. La FIFA, pour ce Mondial-2010, a prévu une enveloppe de 350 millions d’euros à distribuer entre les participants pour les frais de séjour. Les équipes éliminées à l’issue du premier tour ne toucheront «que» 6,7 millions d’euros. Largement de quoi couvrir les frais d’hôtel et de transport. La dotation augmente ensuite en fonction des tours franchis, jusqu’au vainqueur qui recevra 25 millions d’euros. Certes, l’établissement de Knysna où logent les Français se présente sur son site Internet comme le «plus luxueux complexe hôtelier d’Afrique», ce qui a froissé Mme Yade. Mais les grandes nations du football mondial ne sont pas en reste. Pour l’Angleterre, la presse évoque la somme d’un million de livres (1,2 M d’euros) payée par la Fédération pour réserver la totalité du complexe hôtelier du Bafokeng Camp Royal Marang Hotel, fort de 82 chambres. En temps normal, une nuit y coûte en moyenne 240 euros, pour bénéficier de piscine, spa, jacuzzis et sauna. Ecrans plasmas géants et machines à expresso sont présents dans chaque chambre. Et six terrains de foot, dont deux équipés d’un éclairage nocturne, sont disponibles.
Les Allemands ont réquisitionné pour leur usage exclusif un cinq étoiles près de Pretoria, avec suite présidentielle, 28 suites de luxe et 18 suites standard. La Fédération ne donne pas de somme, mais le site de l’hôtel annonce un prix habituel de 315 euros par nuit pour une suite de luxe et de 225 euros pour une suite standard. Même souci d’exclusivité pour les Brésiliens, qui ont investi l’hôtel Fairway, au cœur d’un golf magnifique dans la région de Johannesburg. Plus classiques, les Néerlandais sont au Hilton de Johannesburg, l’établissement le plus prestigieux du quartier d’affaires. Les autres grandes équipes, Argentine, Portugal, Italie, bénéficient de conditions équivalentes. Rama Yade, dimanche, a cité l’Espagne, championne d’Europe, qui a choisi un «campus universitaire». Le «campus» en question offre néanmoins tout le confort dont peuvent rêver des footballeurs professionnels, et surtout des installations sportives haut de gamme. Les représentants de pays moins fortunés sont parfois logés plus «modestement», comme le Honduras, qui est tout de même dans un hôtel quatre étoiles à Johannesburg. Enfin, pour certains, le prestige de l’équipe nationale justifie les efforts: les Camerounais sont installés dans un cinq étoiles de luxe en bord de mer à Durban : «Le président Paul Biya a mis beaucoup d’argent pour que les joueurs soient dans les meilleures conditions», confiait récemment l’ancienne star camerounaise Roger Milla.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *