Le Maroc bondit de 48 places dans le classement des Nations Unies

Le Maroc bondit de 48 places dans le classement des Nations Unies

Le Maroc a fait ses preuves en matière de e-gouvernement. En deux ans, le Royaume gagne des places importantes dans le classement mondial établi par les Nations Unies «UN E-Government Survey» visant à mesurer la qualité des services administratifs en ligne, le taux d’alphabétisation et de scolarisation ainsi que la pénétration de l’Internet fixe et mobile dans 193 pays. En intégrant l’ensemble des indices, le Maroc gagne 6 places pour s’établir au 120ème rang contre le 126ème en 2010. Dans ce sens, la composante infrastructure de télécommunications (telecom infrastructure component) est de 0.2772. De même, la composante capital humain (human capital component) s’est améliorée pour atteindre 0.4430. La plus forte progression marocaine est celle relative aux services administratifs en ligne. Se référant à ce rapport biannuel, le Maroc bondit de la 104ème place lors du dernier classement au 1er janvier 2010 à la 56ème place actuellement. Ainsi, 48 places ont été gagnées. Le score obtenu dans ce sens par le Maroc est de 0,54245, devançant de loin l’Afrique du Sud 0,4575, la Turquie 0,4641 et la Tunisie 0,4771. Par ailleurs, le Maroc se situe à la 7ème place dans la liste des pays africains disposant de sites web gouvernementaux qui ont des comptes sur Facebook ou Twitter. Le Maroc est donc devancé par la Côte d’Ivoire (1ère place), le Congo (2ème place), la Guinée équatoriale (3ème place), l’Éthiopie (4ème place), le Ghana (5ème place) et la Guinée-Bissau (6ème place). La Tunisie est à la traîne de ce classement en occupant la 12ème position. En parallèle, l’indice de l’e-participation place le Maroc à la 17ème place ex aequo avec le Luxembourg et le Pérou avec un score de 0.3947. Tenant compte des résultats observés par le «UN E-Government Survey», le ministère de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies attribue l’évolution du Maroc à la réussite du programme e-gouvernement du Plan Maroc Numeric 2013. D’après un communiqué dudit département ministériel, le programme e-gouvernement a permis une amélioration de la qualité des sites ministériels et des services en ligne associés. Les améliorations ont été constatées dans des domaines vitaux tels que l’éducation, les affaires sociales, l’économie et les finances, la santé et l’emploi. Les citoyens ont l’accès à la fois à l’administration en ligne via le portail «maroc.gov.ma» ainsi qu’aux informations publiques par le biais de «data.gov.ma», le premier site open data en Afrique. Le site «service-public.ma» a été amélioré au moment où la e-participation a été développée grâce à «fikra.egov.ma» qui a permis de prendre en compte des idées et opinions des citoyens formulées via ce site.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *