Le Maroc est attaché à la légalité internationale

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a affirmé, dans un discours adressé au 5ème sommet de la CEN-SAD, que le Maroc « demeure toujours disposé au dialogue et à la négociation, pour trouver une solution politique au conflit artificiel suscité autour de la récupération de ses provinces du Sud », solution « qui doit s’inscrire dans le cadre de la légalité internationale et du respect de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume ».
Dans un discours, dont lecture a été donnée par le Premier ministre, Driss Jettou, à l’ouverture, vendredi dernier à Niamey, des travaux du 5ème sommet de la Communauté des États du Sahel et du Sahara (CEN-SAD), le Souverain a annoncé que « le Maroc, qui est attaché aux vertus de la paix et du bon voisinage et qui a le souci d’éliminer tous les facteurs de tension et de conflit dans notre région, affirme qu’il demeure toujours disposé au dialogue et à la négociation, pour trouver une solution politique au conflit artificiel suscité autour de la récupération de ses provinces du Sud ». Et d’ajouter que « cette solution doit s’inscrire dans le cadre de la légalité internationale et du respect de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume, et ce dans la perspective de la concrétisation d’une Union maghrébine qui formera un puissant support pour l’espace intégré de la Communauté des États du Sahel et du Sahara ».
De cette conférence qui, a dit S.M. le Roi, incarne le plus grand rassemblement régional africain, « il en découle pour nous des responsabilités considérables que nous nous devons d’assumer afin que notre structure soit une puissante locomotive dans les efforts à conduire pour concrétiser les espoirs placés en elle par nos peuples frères, et pour relever les multiples défis auxquels ils sont confrontés ».
Pour ce faire, a ajouté le Souverain, « nous devons approfondir le dialogue, multiplier les échanges d’idées et d’expériences et formuler des suggestions et des projets concrets et réalisables, en comptant sur nos propres moyens, humains et matériels, et en mettant ces ressources au service du développement durable ».
Le Souverain a indiqué à cet égard que cette oeuvre «reste tributaire d’une gestion rationnelle et rigoureuse des ressources importantes que recèlent nos pays, et de leur exploitation judicieuse et optimale», mettant l’accent sur la prise en compte des spécificités locales et la garantie d’une large participation populaire, permettant de mettre à contribution toutes les potentialités, dans un climat de stabilité et de paix, propice au développement, car « il ne saurait y avoir de paix sans stabilité, ni de développement en l’absence de la paix ».
Le Maroc, poursuit le Souverain, « tient à réaffirmer son engagement ferme et inébranlable à apporter sa contribution à cet édifice, en puisant dans son expérience et en mobilisant tous les moyens dont il dispose, pour aller de l’avant et conforter cette démarche dans un sens qui permettra à notre Communauté d’être un modèle avancé en matière d’intégration africaine et de coopération Sud-Sud ». « Ce faisant, nous aurons répondu aux attentes des générations présentes et futures qui aspirent au progrès, au développement et à la stabilité, surtout à cette époque de mondialisation et de regroupements puissants où il n’y a pas de place pour les entités de façade », a ajouté S.M. le Roi.
Dans ce contexte délicat où se tient la conférence et qui laisse craindre tant de dangers et de mutations, surtout dans la région du Golfe et du Moyen-Orient, le devoir exige que « nous fassions preuve de plus de cohésion et de soutien mutuel, pour consolider cette maison que nous avons bâtie ensemble », a dit le Souverain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *