Le Maroc s’engage pour un développement africain inclusif

Le Maroc s’engage pour un développement africain inclusif

Tombée de rideau sur la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique. TICAD VI, dont les travaux ont prix fin dimanche à Nairobi, a été l’occasion de mettre le point sur la relation triangulaire qu’entretient le Maroc avec l’Afrique et le Japon. Cette coopération tripartite, ancrée dans la politique étrangère du Royaume, sera prometteuse pour le développement des pays de l’Afrique. C’est d’ailleurs ce qu’a souligné Abdelilah Benryan, ambassadeur du Maroc au Kenya, lors de son intervention aux travaux de la TICAD. La relation triangulaire Maroc-Afrique-Japon contribuerait au soutien des efforts de formation au niveau de la région ainsi qu’au renforcement de la résilience en Afrique. Le diplomate a en effet réitéré l’engagement du Maroc à partager son expérience et son savoir-faire avec l’ensemble des pays du continent.

Le Royaume, saluant la tenue de la TICAD pour la première fois en Afrique, souhaite que cette rencontre prenne des mesures plus concrètes traduisant l’engagement ferme en faveur d’un développement inclusif dans la région. pour Ce faire, le Royaume préconise que cette «dynamique déclenchée par la TICAD soit appuyée davantage sur les plans financier et technique par la communauté internationale». Le but étant de permettre au continent de se positionner sur les nouvelles technologies et les métiers du futur et d’évoluer vers de nouveaux horizons. Dans son intervention, l’ambassadeur du Maroc au Kenya a indiqué que «l’Afrique dispose de toutes les composantes nécessaires pour un développement et un épanouissement durables».

et de préciser que «tout effort visant à soutenir la transformation économique des pays africains devrait être basé sur des modèles permettant, d’une part, l’adaptation des économies africaines aux aléas engendrés notamment par les changements climatiques, et d’autre part, la facilitation des transferts de technologie et du savoir-faire, en particulier dans les secteurs de l’avenir comme les énergies renouvelables».

Abdelilah Benryan a, par ailleurs, rappelé l’ambition du Maroc a faire de l’Afrique une des priorités de sa présidence de la Cop22 prévue en novembre prochain au Maroc. Ceci se traduirait par la mobilisation et l’encaissement des fonds nécessaires au lancement de projets concrets pour le continent. Rappelons que la sixième conférence de la TICAD s’est soldée par un engagement du Japon portant sur un investissement de près de 30 milliards de dollars en Afrique sur les trois prochaines années. Des investissements qui porteront essentiellement sur l’industrialisation, la diversification de l’économie africaine et l’amélioration des soins de santé. Ainsi, l’événement a connu la conclusion de 73 accords commerciaux entre les entreprises japonaises et africaines. Ces projets couvriront particulièrement les secteurs de l’énergie, des infrastructures, de la santé, de la finance et de la sécurité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *