août 20, 2018

 

Le Maroc, un bastion contre l’idéologie de la haine

Le Maroc, un bastion contre l’idéologie de la haine

Le Royaume est présenté comme une référence en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent

Le Maroc, grâce à des services de sécurité au fait des manœuvres des groupes extrémistes tels qu’Al-Qaida et l’ «Etat islamique», a réussi depuis 2015 à appréhender 815 terroristes et de les traduire devant la justice.

La stratégie marocaine en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent est devenue aujourd’hui indéniablement une référence à l’échelle internationale. Pensée sous le leadership visionnaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, cette stratégie s’articule autour de trois piliers, à savoir la prévention, la lutte contre toute forme de terrorisme et la réhabilitation. Si plusieurs expériences à l’échelle mondiale ont également montré leur efficacité, la singularité de la démarche marocaine trouve son caractère exceptionnel dans une combinaison alliant les dimensions judiciaire et sécuritaire à la politique et religieuse efficiente sans oublier la lutte contre les racines du mal et les origines socio-économiques offrant un terreau fertile pour les prêcheurs des idéologies de la haine et de la violence. Sur le plan institutionnel, les services de sécurité ont toujours bénéficié de la Haute sollicitude royale. Dans ce sens, Sa Majesté le Roi Mohammed VI s’est rendu, en avril dernier, au siège de la Direction générale de la surveillance du territoire national (DGST) à Rabat.

Une visite visant à saluer les «efforts inlassables» et les «sacrifices considérables» consentis par les membres de cette institution sécuritaire, et à doter celle-ci des moyens nécessaires pour qu’elle puisse accomplir sa mission. Le Souverain s’est notamment informé sur les unités du groupe d’intervention rapide relevant de la DGST, et a passé en revue les équipements, véhicules et moyens logistiques utilisés dans les opérations d’intervention antiterroristes. Sa Majesté a également inauguré le nouvel institut de formation spécialisée, construit sur une superficie globale de 35.000 m2 et comprenant un amphithéâtre de conférences, onze salles d’étude, un laboratoire pour l’enseignement des langues étrangères, une salle de conférences, une bibliothèque et des infrastructures destinées aux formateurs et cadres administratifs.

Le Souverain s’est ensuite informé du projet de construction du laboratoire d’analyses médicales des fonctionnaires de la DGSN-DGST, en cours de construction à Hay Ryad à Rabat. Les projets de construction du nouveau siège de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) et du laboratoire national de la police scientifique, ainsi que des services de la police à Casablanca, ont aussi été présentés au Souverain. Il faut préciser que la DGSN bénéficiera également d’un nouveau siège à Hay Ryad sur une superficie totale de 20 hectares et dont la durée de réalisation s’étale sur cinq ans. Il faut dire que les efforts consentis par les services de sécurité ont permis de mettre hors d’état de nuire de nombreuses cellules terroristes. Les chiffres sont édifiants. Faisant montre d’une vigilance de premier plan, le Maroc, grâce à des services de sécurité au fait des manœuvres des groupes extrémistes tels qu’Al-Qaida et l’«Etat islamique», a réussi depuis 2015 à appréhender 815 terroristes et à les traduire devant la justice. En 2017, 186 terroristes ont été arrêtés. Depuis la création du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire national, 21 cellules terroristes ont été démantelées en 2015, 19 en 2016 et 9 en 2017.

Sur le plan international, le Maroc a pu bâtir une réputation qui lui confère aujourd’hui le rôle de modèle. Dans ce cadre, le Royaume s’acquitte d’un rôle actif au sein du Forum global de lutte contre le terrorisme (GCTF), depuis la création de cette instance internationale. En tant que membre fondateur, le Maroc s’est engagé de manière active dans les activités du Forum, en apportant des initiatives, en abritant des réunions et en présidant le Groupe de travail sur les combattants terroristes étrangers. Pour rappel, le Royaume avait accueilli en juin dernier la réunion de l’Initiative maroco-américaine sur le terrorisme domestique, qui a été consacrée à la finalisation du Document de bonnes pratiques de Rabat-Washington sur la prévention, la détection, l’intervention et la réponse à cette menace. Lancée sous les auspices du GCTF , cette initiative est conduite par le Royaume du Maroc et les Etats-Unis, en collaboration avec l’Institut international pour la Justice et l’Etat de droit (IIJ), et vise à identifier les outils et les mesures nécessaires pour une meilleure coordination et coopération entre les départements gouvernementaux et les acteurs non-gouvernementaux concernés, en vue de détecter, intervenir et déjouer les attaques menées par des individus dans leur pays d’origine ou de résidence, dirigés ou inspirés par des groupes terroristes étrangers. Le Maroc est un «partenaire clé» des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, avait affirmé le secrétaire d’État adjoint des États-Unis, John Sullivan, lors d’une visite dans le Royaume dans le cadre d’une tournée régionale en juin dernier.

«Le Maroc, qui est l’un de nos plus anciens alliés dans le monde comme en témoigne notre traité de paix et d’amitié signé en 1786, est un partenaire clé pour les Etats-Unis dans le cadre des efforts de lutte contre le terrorisme», avait dit M. Sullivan lors d’un point de presse. Le Maroc, allié majeur des Etats- Unis hors Otan, contribue à faire face aux différentes questions et problèmes auxquels est confrontée la région du Moyen-Orient et d’Afrique du nord (MENA) et joue un rôle actif dans le déploiement des efforts internationaux en matière de lutte contre la menace terroriste, notamment au sein du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF), a relevé le responsable US, saluant au passage le leadership du Royaume dans le domaine sécuritaire. De son côté, l’envoyé spécial du président Trump pour la Coalition contre Daech, Brett McGurk, avait indiqué que «le Maroc a joué un rôle «décisif» au premier-plan des efforts mondiaux de lutte contre le terrorisme».

M. McGurk qui s’exprimait à l’ouverture de la Réunion régionale des directeurs politiques de la coalition mondiale contre Daech portant sur la menace de ce groupe terroriste en Afrique, a rappelé notamment que le Royaume avait établi un hôpital médico-chirurgical de campagne en Jordanie qui fournit des soins à des milliers de réfugiés syriens et que le Maroc co-préside le Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF). L’envoyé spécial américain a saisi cette occasion pour remercier le Maroc pour les efforts qu’il déploie, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, aux côtés de l’Arabie Saoudite et de nombreux pays participant à cette réunion dans la lutte contre l’idéologie haineuse de Daech et d’autres organisations terroristes. «Nous sommes déterminés non pas à obtenir des victoires rapides contre Daech, mais plutôt à lui faire subir une défaite permanente», a souligné M. McGurk, expliquant qu’une défaite définitive signifie davantage l’effondrement du soi-disant «califat» en Irak et en Syrie. «Cela signifie une défaite complète dans le champ idéologique et médiatique, affronter les combattants étrangers où qu’ils se trouvent de par le monde, démanteler les réseaux de financement et appuyer les forces militaires et de sécurité locales dans la défense de leurs pays», avait-il fait savoir.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *