mai 27, 2018

 

Le parlement panafricain, une plateforme pour faire entendre la voix du Maroc en Afrique

Le parlement panafricain, une plateforme pour faire entendre la voix du Maroc en Afrique

L’adhésion du Maroc au parlement panafricain, officialisée lundi à l’ouverture de la sixième session ordinaire de cette institution continentale, offre l’occasion de faire entendre la voix du Royaume et renforcer sa contribution à l’émergence du continent.

Cinq députés représentant différents groupes parlementaires marocains ont ainsi prêté serment dans l’hémicycle de l’institution panafricaine, basée à Midrand (près de Johannesburg), sous les applaudissements des députés africains.

Nombreux de ces députés ont salué l’adhésion du Maroc, soulignant qu’elle marque un cheminement logique depuis le retour triomphal du Royaume au sein de l’Union africaine (UA).

«Le Maroc est un grand pays africain qui joue un rôle influent dans le continent», a dit Amine Hassan Omar, membre soudanais du PAP, soulignant le Maroc, de par ses avancées démocratiques, politiques et économiques, apportera une contribution efficace aux débats au sein du PAP.

La présence des députés marocains au sein du PAP donnera une dimension à la fois nouvelle et importante aux travaux de cette institution au service du développement politique et économique du continent, a-t-il indiqué.

Dans les rangs des députés marocains le temps est désormais à la mobilisation, d’une part, pour faire entendre la voix du Maroc, et d’autre part, pour contribuer au renforcement du rôle du PAP dans les questions de développement dans le continent.

Pour Nouredine Karbal, du groupe Justice et Développement à la chambre des représentants, il s’agit d’une étape importante qui intervient après le retour historique du Maroc au sein de l’UA. Le PAP est une institution stratégique qui offre un cadre important pour faire entendre la voix du Maroc à travers une interaction plus dense avec les parlements africains, a-t-il dit.

D’autres étapes importantes devront suivre dans le cadre de la redynamisation de la diplomatie parlementaire notamment à travers les groupes d’amitié avec les autres institutions législatives africaines, a ajouté le député, soulignant que l’action de la diplomatie parlementaire demeure un outil essentiel pour renforcer le rayonnement du Maroc en Afrique.

Pour sa part, Mhamed Zekrani, du groupe du rassemblement constitutionnel à la chambre des représentants, a qualifié de moment historique l’adhésion du Maroc au PAP.

Les députés marocains au sein de cette institution sont désormais appelés à saisir cette occasion pour jouer pleinement leur rôle pour accompagner la dynamique enclenchée en Afrique à la faveur des efforts déployés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour le renforcement de la présence du Royaume dans le continent.

Même son de cloche chez Abdouh Abdellatif, du groupe Istiqlalien de l’Unité et de l’Egalitarisme à la chambre des conseillers, qui a indiqué que les députés marocains sont déterminés à marquer leur présence au sein du PAP à travers une participation efficace aux travaux des différents organes et commissions de l’institution législative panafricaine.

La grande expérience du Maroc dans le domaine de l’enracinement de la pratique démocratique et de la culture des droits de l’homme sera un grand atout pour le parlement panafricain, a dit le député, relevant que l’adhésion du Royaume au PAP est en droite ligne de la politique d’ouverture du Maroc sur le continent.

Mme Meryem Ouahssata, du groupe Authenticité et modernité à la chambre des représentants, a indiqué que cette adhésion devra offrir l’occasion de renforcer le rôle du Maroc dans le continent et faire connaître les efforts de développement déployés dans le Royaume dans tous les domaines.

Il s’agit d’un développement qui consacre l’ouverture du Maroc sur le continent, a-t-elle dit, soulignant que le PAP sera un forum de choix pour la défense des intérêts du Maroc, en particulier son intégrité territoriale, a-t-elle poursuivi.

Pour Yahfadeh Ben Mbarek, du groupe Haraki à la chambre des conseillers, l’officialisation de l’adhésion du Maroc représente un moment fort.

Il s’agit, selon lui, d’un acquis qui s’ajoute aux percées réalisées par le Royaume en Afrique à la faveur de l’action inlassable de Sa Majesté le Roi dans le continent. Cette adhésion devra renforcer le rôle de la diplomatie parlementaire pour la consolidation de la présence du Royaume dans le continent au service de la paix et le développement durable.

L’adhésion au parlement panafricain vient ainsi renforcer la place du Maroc sur l’échiquier africain et donner une nouvelle dimension à la contribution du Royaume aux efforts de développement politique, législatif et économique dans le continent. Elle parachève aussi l’adhésion du Maroc aux différentes instances de l’UA.

Le PAP, est une assemblée consultative de l’UA qui regroupe les députés des pays membres de l’UA. Cette institution a été créé en vertu de l’article 5 de l’Acte constitutif de l’UA et installé officiellement dans ses fonctions le 18 mars 2004. Il est régi par un protocole au Traité instituant la Communauté économique africaine qui édicte les règles et principes de son fonctionnement.

Chaque Etat membre est représenté au sein du PAP par cinq parlementaires issus de la majorité et l’opposition, dont au moins une femme, élus ou désignés par leurs parlements ou organes législatifs nationaux.

Le PAP tient au moins deux sessions ordinaires par an. Il dispose de dix commissions permanentes dont les attributions couvrent tous les aspects de la vie politique, socio-économique, culturelle du continent.

Son bureau est composé d’un président et de quatre vice-présidents représentant les cinq régions géographiques du continent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *