Le polisario accusé de former une « génération de mutants » par une ONG américaine

Le polisario accusé de former une « génération de mutants » par une ONG américaine

L’ONG américaine « Teach The Children International », a accusé, mardi au siège des Nations-Unies à New York, le polisario de former une « génération de mutants » en procédant à l’endoctrinement des enfants.

« Le Polisario veut une nouvelle génération aux ordres, mais il ne se rend pas compte qu’il est en train de créer une génération de mutants qui ne sera à l’aise nulle part dans ce monde », a dénoncé la présidente de cette Organisation humanitaire, Nancy Huff, devant la 4è Commission de l’ONU.

L’éducation « n’est manifestement pas la priorité du polisario », a encore regretté Mme Huff, soulignant que dès l’âge de 7 ans, les enfants sont séparés de leur parents et envoyés à Cuba, en Algérie et dans d’autres contrées lointaines pour être « formés à l’idéologie » des séparatistes.

« L’éducation est prise comme prétexte alors que tout le monde est conscient qu’il s’agit en réalité d’endoctriner les enfants et de les former à l’idéologie du polisario », a poursuivi l’Organisation humanitaire qui a dénoncé la « pratique du Front Polisario de briser les familles ».

En plus d’un « embrigadement de ces jeunes », il s’agit, selon Mme Huff, d’un moyen de chantage exercé sur les parents tenus en otage par la direction inamovible du polisario dans l’attente d’un retour de leurs enfants. 

Mme Huff a également affirmé avoir eu l’occasion de rencontrer des jeunes femmes des camps de Tindouf totalement illettrées car l’opportunité de se rendre à l’école ne s’est jamais présentée à elles.

Un constat partagé par Mme Saadani Maoulanine, ancienne déportée du polisario à Cuba, et représentante de l’Organisation pour la communication en Afrique et la Coopération économique internationale « OCAPROCE International » qui s’est élevée contre l’endoctrinement forcé des jeunes et le niveau indigent de leur éducation.

Mme Saadani qui s’exprimait au nom de cette ONG internationale oeuvrant à la promotion des droits de la femme et de l’enfant, a de même, dénoncé le détournement de l’aide humanitaire par les responsables du polisario, et la situation des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, où les populations sont même privés du droit à la santé, ce qui est la cause majeure du taux de mortalité élevé dans ces camps.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *