Le projet d’une Charte nationale, une première dans le monde arabe

Le projet de la Charte nationale de l’environnement et du développement durable, initié par SM le Roi Mohammed VI, constitue une première dans le monde arabe et une action positive et constructive, a affirmé, samedi à Rabat, le secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Amr Moussa.
«La mise en place d’une Charte nationale de l’environnement et du développement durable constitue une première et une action positive et constructive dont nous suivons la réalisation avec un grand intérêt», a souligné Amr Moussa à l’ouverture du premier Forum international de l’environnement du Parti de l’environnement et du développement durable (PEDD). Dans une allocution lue en son nom par Mme Fatima Mellah, responsable de la direction de l’environnement et du développement durable au sein de la Ligue, Amr Moussa a relevé que cette rencontre constitue l’occasion de s’arrêter sur les développements relatifs à l’élaboration de la charte, rappelant que la problématique du changement climatique est prioritaire dans l’action arabe commune. Il a également indiqué que même si les pays arabes, à l’instar de ceux du tiers-monde, ne sont pas responsables de la problématique du changement climatique, puisque cette responsabilité incombe aux pays développés, ils sont sans nul doute affectés par les effets de ces changements (sécheresse, désertification). Après avoir affirmé que la lutte contre les effets du changement climatique nécessite une action et une solidarité internationales basées sur le principe de la responsabilité partagée, Amr Moussa a souligné que cette problématique a toujours figuré à l’agenda de l’organisation panarabe, rappelant à cet égard que le Conseil des ministres arabes de l’Evironnement avait publié, en novembre dernier, un communiqué sur la position arabe vis-à-vis du sommet de Copenhague. Il a par ailleurs estimé que les négociations sur le changement climatique seront très difficiles en 2010, annonçant la tenue en mars prochain au siège de la Ligue au Caire d’une réunion extraordinaire du bureau exécutif du Conseil des ministres arabes chargés de l’Environnement pour se concerter sur l’action arabe lors de ces négociations.
Le président du PEDD, Ahmed Alami a, pour sa part, indiqué que la Charte nationale de l’environnement et du développement durable constitue un grand pas en avant et témoigne de la prise de conscience que la préservation de l’environnement est un combat de longue haleine. Il a également appelé à exercer des pressions sur les gouvernements pour les amener à agir afin de répondre aux défis du changement climatique, estimant que les pays développés ont cédé à leurs intérêts aux dépens de la préservation de l’environnement. M. Alami a également affirmé que le sommet de Copenhague a été une «occasion ratée» à cause du manque d’une gouvernance mondiale à même d’aboutir à un processus consensuel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *