Le sosie forcé du fils de Saddam en librairie

Il s’appelle Yahia Latif. Il affirme avoir été pendant des années forcé à jouer le sosie du fils aîné de Saddam Hussein. Son récit, paru en allemand il y a déjà près de dix ans, ressort cette semaine dans les librairies allemandes, au moment où le monde a les yeux tournés sur l’Irak. Dans « J’étais le fils de Saddam », Latif Yahia, descendant d’une famille aisée de Bagdad, raconte comment il a été contraint de jouer le double d’Oudaï Saddam Hussein, le fils aîné du président irakien. Le journaliste autrichien Karl Wendl a servi de nègre pour écrire cet essai publié une première fois en 1994, un ouvrage qui avait discrètement disparu peu après sa sortie en librairie.
L’éditeur allemand Goldmann Verlag (groupe Bertelsmann) a profité du retour au premier plan de l’Irak pour rééditer cette semaine ce livre, dont la version originale est en allemand. Considéré comme de la propagande opportune par certains opposants à une guerre en Irak, ce mémoire dépeint l’entourage du leader irakien comme une bande de sadiques, de tueurs sanguinaires au premier rang desquels figurerait Oudaï, qui violerait et pillerait en toute impunité.
Le récit de Latif Yahia débute dans les années 1980-1988 durant le conflit entre l’Irak et son voisin iranien, une période au cours de laquelle Yahia a servi dans l’armée irakienne. Camarade de classe d’Oudaï, Yahia avait attiré l’attention pour sa forte ressemblance avec le premier fils de Saddam Hussein. En 1987, Oudaï demande à Yahia s’il serait prêt à jouer son « fidai », un mot arabe signifiant sosie mais qui sous-entend aussi adjoint et garde du corps. Yahia avait dans un premier temps décliné l’offre. Mais après avoir été emprisonné par Oudaï dans une cellule « horrible » et menacé d’être égorgé de même que sa soeur et son chien, il a fini par accepter.
L’une des premières tâches de Yahia consiste à faire refaire sa dentition pour recréer le sourire d’Oudaï, qualifié de sourire de « chimpanzé ». Très vite, le sosie s’aperçoit que le fils de Saddam l’a engagé sans demander l’approbation de son père. Yahia apprend ensuite qu’il va avoir un rendez-vous avec Saddam Hussein, qui utiliserait également des sosies, pour échapper à des attentats. L’auteur du récit affirme avoir été aussi contraint de visionner une série de cassettes-vidéo montrant Oudaï et son personnel de sécurité torturant des dissidents et ennemis personnels jusqu’à leur mort.
Yahia prétend avoir été obligé à regarder Oudaï brutaliser des Irakiens mais n’avoir jamais participé à des viols ou des meurtres. Après l’invasion du Koweït par l’Irak en août 1990, Yahia a été chargé de piller le Koweït. Il estime avoir ramené en Irak au moins 125 millions de dollars. Profitant du chaos qui a régné durant la guerre du Golfe en 1991, Yahia raconte qu’il a finalement réussi à s’échapper. Sosie malgré lui, il a fui à l’Ouest avec l’aide de soldats américains, avant de rencontrer Karl Wendl, à Vienne.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *