Le Souverain appelle à un sursaut de la conscience collective de la communauté internationale

Le Souverain appelle à un sursaut de la conscience collective de la communauté internationale

Le Maroc condamne les politiques israéliennes dans la ville d’Al Aqsa

La communauté internationale est mise face à ses responsabilités éthiques et morales pour amener Israël à mettre fin à ses pratiques qui visent à imposer le fait accompli et à décider de manière unilatérale du sort de la ville d’Al Qods.

C’est l’appel qu’a lancé Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, dans la lettre royale adressée, mercredi, à Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU. Le Souverain, qui a énuméré les mesures provocatrices dangereuses prises dernièrement par Israël, a dénoncé fermement les politiques israéliennes «inacceptables» dans la ville sainte. Sa Majesté le Roi a insisté dans ce sens sur la relance de l’opération de paix «afin de parvenir à une solution juste, globale et durable garantissant la création d’un Etat palestinien indépendant vivant côte à côte avec l’Etat d’Israël dans la sécurité, la paix et l’harmonie». Le Souverain a exigé au secrétaire général de l’ONU d’intervenir d’urgence auprès des autorités israéliennes en vue de les amener à respecter le statut juridique et historique d’Al-Qods Acharif et des Lieux Saints et de les appeler à annuler toutes les mesures illégales, y compris les mesures sécuritaires supplémentaires, qui ont éveillé les craintes de l’existence d’un plan israélien de division temporelle et spatiale de la sainte mosquée Al Aqsa.

«Nous mettons en garde contre les dangers d’instrumentaliser l’héritage civilisationnel et culturel, en tant que facteur d’attisement des sentiments de haine et d’extrémisme et de saper les valeurs d’amour et de tolérance entre les adeptes des religions célestes», peut-on lire dans la lettre royale. Rappelons que Rabat a abrité jeudi les travaux de la réunion d’urgence de la 25ème Conférence de l’union parlementaire. Cette conférence, qui se tient sur invitation du Parlement marocain, intervient dans un contexte marqué par des agressions israéliennes de la sacralité des Lieux Saints et l’interdiction des fidèles d’accomplir la prière du vendredi à la mosquée Al-Aqsa.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *