Législatives : Les femmes larguées par les médias

Législatives : Les femmes larguées par les médias

A peine 19% du temps d’antenne accordé à la gent féminine au cours de la campagne électorale, selon la HACA

Le gendarme des médias livre les premiers chiffres sur le suivi de la campagne électorale. En effet, la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA) a publié son bilan général des résultats du suivi des programmes audiovisuels consacrés aux partis politiques. Il en ressort ainsi que «l’ensemble des médias nationaux publics et privés se sont mobilisés, tout au long de la période électorale et même avant celle-ci, en vue de diffuser des spots de sensibilisation à même d’inciter à la participation aux élections, et de faire connaître les différentes mesures relatives à l’exercice citoyen du droit de vote».

Selon la HACA, «la plupart des médias, aussi bien publics que privés, ont contribué à l’animation de cette période, diffusant 682 journaux d’information et 595 éditions de programmes de débat (sans compter les programmes de la campagne officielle), mettant en avant les interventions de représentants des partis politiques». Cela dit, la participation des femmes aux programmes politiques dans les médias reste encore en deçà des attentes.

La Haute Autorité affirme ainsi que «la participation des femmes dans les programmes de la période électorale n’a pas dépassé 19% du temps d’antenne global consacré aux interventions des partis politiques».

Plus globalement, la répartition du temps a été respectée entre les différentes formations politiques selon leur représentativité dans les instances élues. Les responsables de la HACA expliquent dans ce sens que «le temps d’antenne global attribué à ces trois groupes a été réparti comme suit : 58% pour le premier groupe, composé des partis politiques disposant d’un groupe parlementaire dans l’une des deux Chambres du Parlement ; 18%  pour le deuxième groupe, composé de partis politiques ne disposant pas d’un groupe parlementaire et 24% pour le troisième groupe, composé de partis non représentés au Parlement». Par ailleurs, la HACA signale la présence dans ses locaux durant la période électorale d’observateurs internationaux de la scène électorale de notre pays, notamment de l’Union européenne (UE) et de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

«Des informations ont été fournies à ces visiteurs sur l’expérience du Maroc en matière de gestion du pluralisme politique dans les médias audiovisuels, ainsi que sur le rôle de la Haute Autorité dans l’encadrement et le suivi de ce pluralisme», ajoute la même source.

A noter enfin que la HACA publiera, avant fin 2016, un rapport général portant sur les données globales et détaillées, aussi bien quantitatives que qualitatives, relatives à la mise en application par les opérateurs de la Décision n° 16-33, tout au long de la période électorale, y compris la campagne officielle et le jour du scrutin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *