Les atermoiements d’Israël

Le ministère israélien de la Défense a ordonné à la police et à l’armée de démanteler six avant-postes de colonies juives en Cisjordanie, tandis que Yasser Arafat a demandé samedi à 17 militants palestiniens de quitter son quartier général de Ramallah, en Cisjordanie. Un haut responsable israélien a annoncé samedi sous couvert d’anonymat qu’Israël avait décidé de démanteler six avant-postes en Cisjordanie et d’en expulser les habitants dans le cadre de l’application de la « feuille de route ». Il a toutefois précisé qu’il ne savait pas quand ce démantèlement serait réalisé sur le terrain. Réclamé par les Palestiniens, le démantèlement de colonies juives en Cisjordanie est une des conditions imposées à l’Etat sioniste par la « feuille de route » du Quartette (Etats-Unis, ONU, Union européenne, Russie). Israël doit ainsi supprimer les petits avant-postes construits sans l’accord du gouvernement depuis la prise de fonction du Premier ministre israélien Ariel Sharon en mars 2001. Les avant-postes considérés comme des satellites des colonies déjà existantes, consistent en quelques tentes ou caravanes, certaines étant inhabitées. « Nous allons supprimer tous les avant-postes non-autorisés même si cela prend un peu plus de temps », a précisé samedi le responsable israélien. « La loi est la loi ». Selon le site en ligne du quotidien « Haaretz », citant des sources militaires, l’armée commencera le démantèlement de ces six avant-postes dans la soirée de samedi, dont celui de la colonie de Bruchim, où vivent 30 familles. Mais pour le député palestinien Saeb Erekat, cette décision israélienne reste symbolique. « En accord avec la ‘feuille de route’, Israël doit démanteler les avant-gardes des colonies érigées depuis mars 2001 et geler toute activité de colonisation, y compris l’expansion naturelle », a-t-il noté. « Voilà la véritable obligation. » Parallèlement à l’annonce israélienne, le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat a demandé samedi à 17 membres des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa (proche du Fatah) de quitter son quartier général de Ramallah. Cette demande vise notamment à permettre un assouplissement des restrictions israéliennes pesant sur le leader palestinien confiné à Ramallah depuis plusieurs mois. Cinq des hommes retranchés dans la Mouqataa ont accepté d’être transférés dans la ville de Jéricho en Cisjordanie, mais les 12 autres ont refusé de quitter le quartier général d’Arafat et étaient toujours confinés samedi soir dans une pièce du bâtiment, sous la surveillance de gardes du corps armés, a déclaré Kamal Ghanam, un responsable des brigades des martyrs d’Al-Aqsa de Ramallah, faisant partie des détenus. Selon ce militant palestinien, Yasser Arafat leur a demandé de quitter les lieux parce que « le monde a changé » et qu’il se trouvait soumis à une pression du fait de leur présence. D’après un autre militant ayant requis l’anonymat, l’expulsion de ces hommes était une condition posée par les Israéliens pour permettre à Yasser Arafat de voyager de nouveau. Le chef de l’Autorité palestinienne a toutefois déclaré aux militants palestiniens qu’ils pourraient retourner dans son quartier général après le retrait des troupes israéliennes de Ramallah, a rapporté M. Ghanam. Les douze militants devaient rencontrer le chef de la sécurité palestinienne Mohammed Dahlan et d’autres responsables palestiniens pour tenter de débloquer l’impasse. Mais « s’ils nous forcent à partir, nous briserons la trêve », a toutefois tenu à souligner M. Ghanam, avant de lancer: « Arafat est entouré de voleurs et de collaborateurs qui lui donnent de mauvais conseils. »

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *