Les Pays-Bas s’intéressent à ses marocains

Quel avenir pour les plus de 300.000 Marocains résidants  aux Pays-Bas? Et quels sont les meilleurs moyens permettant une meilleure intégration de cette forte communauté dans le tissu social hollandais ? Telles ont été, entre bien d’autres, les  questions auxquelles la visite, du dimanche au mercredi, de la  ministre de l’Immigration et de l’Intégration du Royaume des Pays-Bas. Rita Verdonk, a tenté d’apporter des débuts de réponse. Une visite qui intervient alors que les Marocains des Pays-Bas vivent entre le marteau des problèmes économiques et sociaux et l’enclume de la montée du racisme à leur égard, surtout depuis l’assassinat, par un fanatique marocain, du réalisateur hollandais Théo van Gogh.  Ceci, dans un pays dont les relations avec le Maroc remontent à cinq siècles.
Ayant, depuis son arrivée à Rabat, mené plusieurs contacts avec des responsables marocains, la ministre hollandaise s’est dite satisfaite. Lors d’une conférence de presse tenue lundi à Rabat, Mme Verdonk a indiqué que  ces discussions ont porté sur les difficultés d’intégration rencontrés par les Marocains.
Parmi les mesures adoptées, a annoncé la ministre suite à ses entretiens avec Nouzha Chekrouni, ministre déléguée chargée de la communauté marocaine résidant à l’étranger, la création d’un groupe de travail maroco-néerlandais pour développer des instruments à même d’aider les jeunes Marocains à mieux réussir leur intégration dans la société hollandaise. Les deux parties se sont également mis d’accord sur l’adoption de mécanismes qui devraient garantir la liberté de culte, l’accès à l’éducation et le respect de la culture d’origine.
Mme Verdonk a également rendu compte de ses discussions avec de hauts responsables du ministère de l’Intérieur et qui ont porté notamment sur le renforcement de la coopération en matière de réadmission, d’identification et de rapatriement des Marocains se trouvant en situation illégale sur le territoire néerlandais.
Au sujet de son entrevue avec Mohamed Lididi, secrétaire générale du ministère de la Justice, la responsable hollandaise a affirmé avoir offert aux responsables marocains des traductions en néerlandais du code de la famille. Une commission mixte chargée de traiter les questions d’ordre juridique sera également mise en place. Quant à son entretien avec le ministre des Habous et des Affaires islamiques, la ministre a notamment déclaré qu’il a été décidé de renforcer les sessions de stages en faveur des Imams aux Pays-Bas. Lors de cette conférence de presse, la responsable néerlandaise a évoqué différents autres problèmes, dont la reconnaissance du divorce et la double nationalité. Il est à souligner dans ce sens que la loi sur la double nationalité aux Pays-Bas stipule que toute personne candidate à la nationalité néerlandaise doit abandonner sa nationalité d’origine. Cela pose problème vis-à-vis de la loi marocaine qui stipule que la nationalité marocaine ne tombe jamais. La ministre hollandaise devait se rendre, hier mardi, dans la province de Berkane pour s’entretenir avec des associations de femmes oeuvrant dans le domaine migratoire. Sa visite prend fin ce 15 juin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *