Les ressources nationales affichent une nette amélioration

Les ressources nationales affichent  une nette amélioration

5.500 tonnes de poulpe. C’est le quota global exploitable fixé par le département de la pêche maritime pour la saison de la pêche en cours. Cette saison qui a repris le 5 juin dernier et qui s’étendra jusqu’au 4 août 2012 sera, d’après les chiffres avancés par le ministère, plus que prometteuse.
Après un arrêt de la pêche au poulpe décidé en mois d’avril 2012 sur tout le littoral national, la reprise de l’activité a été décidée sur la zone comprise entre Sidi L’Ghazi et Lagouira. D’après le département de la pêche maritime «ce repos biologique qui a duré deux mois a pour objectif de permettre la reconstitution du stock des géniteurs de poulpe et assurer un meilleur recrutement pour la prochaine saison d’hiver». Il faut dire dans ce sens que bien avant la saison d’hiver, les résultats de ce repos biologique du printemps se sont fait remarquer aussi bien au niveau de la pêche artisanale que celle hauturière.
En effet, durant les deux premiers jours de la reprise de l’activité de pêche, pas moins de 390 tonnes de poulpe ont été débarquées par la flotte artisanale. Comparé à la même période de la campagne de juillet 2011, ce chiffre a enregistré une évolution de 31%.  Il en serait de même pour le rendement moyen journalier de pêche au poulpe par barque qui est passé de 79 kg au début de la campagne de juillet 2011 à 106 kg en juin 2012 enregistrant ainsi une augmentation de 35%.   
Pour ce qui est de la pêche hauturière, le même constat a été fait quant à l’amélioration qu’ont connues les ressources en céphalopodes.  D’ailleurs, les premières déclarations de la flotte au titre de la campagne de juin 2012 viennent consolider ce fait et font ressortir une hausse du rendement moyen journalier de pêche au poulpe par flotte de l’ordre de 11% par rapport à la campagne de juillet 2011.
Par ailleurs, il est à noter que pour cette saison de pêche, le quota global exploitable de poulpe a été fixé à 5.500 tonnes. Ce quota est réparti à hauteur de 63% pour la pêche hauturière, 26% pour la pêche artisanale et 11% pour la pêche côtière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *