Les trains à deux niveaux arrivent

Les habitués de la navette par train s’impatientent. Il est vrai qu’avec des TNR bondés (surtout tôt le matin et en fin d’après-midi), il devient légitime de se poser cette question : pourquoi les nouveaux trains venus d’Italie prennent-ils du retard ? « Non, non, il n’y a pas de retard», rassure l’ONCF pour qui tout se passera dans les délais prévus.
La période d’essai de sept mois qui sert à vérifier le confort et la technicité des trains est en phase terminale.
Les trains dotés de deux étages seront mis en service dans les jours à venir, précisément le 15 février. Retenez bien cette date, surtout si vous ferez un voyage par train ce jour-là, car l’Office s’en montre particulièrement fier : «Il y a tout le confort qu’il faut et plusieurs améliorations ont été apportées sur le plan technique afin d’intégrer tous les critères exigés par l’ONCF». Ces critères concernent les sièges (tablette, repose-pieds, inclinaison), la distance des couloirs, la mise en place d’une buvette, les sanitaires à rétention, les portes coulissantes plus larges, les accessibilités pour les personnes handicapées et autres commodités, dont doit bénéficier le client. Sans oublier la couleur du train qui sera celle de l’ONCF. «Une deuxième rame vient d’être livrée. Il nous reste, à présent, 22 rames qui devront arriver d’Italie dans les prochains mois», rappelle l’Office faisant allusion à son contrat avec le groupe italien «Ansaldobreda» qui porte, en tout et pour tout, sur la fabrication de 24 rames automotrices à deux niveaux de 400 places chacune.
Un contrat de deux milliards de dirhams qui devra complètement lifter le paysage ferroviaire marocain plutôt décalé par rapport à la demande en pleine croissance. Les trains italiens devront permettre à l’ONCF d’augmenter sa capacité de près de 40% et de mieux répondre, donc, à l’évolution du nombre de ses clients, estimée à 11% en moyenne par an, soit plus de 21 millions de passagers par année.
La performance des nouvelles rames ne sera pas seulement une question de design et de confort, mais aussi d’économie de temps. Exemple : le voyage de Casablanca à Fès ne devra plus durer trois heures et demie, mais deux heures et un quart.
Utile et agréable, la carte que joue l’ONCF reste intimement liée à l’innovation et en la matière, le client découvrira un grand changement à tous les plans, y compris en ce qui concerne les annonces sonores.
Nombreux sont ceux qui «ratent leur station» parce que la voix est inaudible ou en raison d’une défaillance technique. Plus besoin de se faire du souci : voix digitalisée et affichage à l’intérieur des wagons devront résoudre ce problème de communication.
Côté sécurité, les nouvelles rames nécessiteront deux conducteurs au lieu d’un seul et cela, pour l’ONCF, est un garant de sûreté. A cela, il faudra souligner que ces conducteurs auront à suivre des écrans graphiques et à manier un système informatique de pointe en matière de contrôle. Selon l’Office, les nouvelles rames sont conçues pour un régime d’exploitation à 160 km/h (vitesse maximale : 180   km/h).
Les habitués de la navette Rabat-Casablanca seront les premiers à bénéficier de ces rames à deux niveaux, qui devront se substituer aux  traditionnels Trains navettes rapides (TNR). Un soulagement tant attendu !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *