Liban : Tsahal se livre à des intimidations

L’aviation israélienne a survolé mardi à très basse altitude et de manière intensive Beyrouth et le sud du Liban, où est déployée la Finul, entraînant la riposte de l’armée libanaise, selon la police.
L’armée libanaise a affirmé dans un communiqué avoir tiré à partir de ses batteries anti-aériennes sur les avions israéliens survolant le Liban sud.
L’armée avait reçu pour consigne de s’opposer par tous les moyens aux violations israéliennes de la souveraineté libanaise.
C’est la première fois que la DCA de l’armée libanaise entre en action depuis l’arrêt le 14 août des hostilités entre le Hezbollah et Israël.
Des appareils israéliens ont commencé par survoler, à partir de 7h00 GMT, la capitale libanaise et sa banlieue chiite, et leurs vrombissements étaient très perceptibles par la population, a indiqué la police.
Au Liban sud, plusieurs avions israéliens ont survolé pendant plus d’une heure, à très basse altitude, les différents secteurs frontaliers d’Israël où est déployée la Force intérimaire de l’ONU (Finul), a ajouté la même source.
Cinq de ces appareils ont survolé la ville portuaire de Tyr (83 km au sud de Beyrouth) et effectué des bangs subsoniques, selon un journaliste de l’AFP sur place.
Un autre journaliste de l’AFP, dans le secteur oriental du Liban sud, a affirmé que des officiers de la Finul s’étaient montrés inquiets des survols, les plus soutenus depuis la fin de l’offensive israélienne le 14 août.
La radio militaire israélienne a pour sa part indiqué que les vols s’inscrivaient «dans le cadre d’opérations de routine de collecte d’informations».
Beyrouth a appelé l’ONU à maintes reprises à faire cesser les violations israéliennes de l’espace libanais qui durent depuis 30 ans, ce que l’Etat hébreu a refusé. Plusieurs pays européens, dont certains participent à la Finul, ont appuyé les réclamations libanaises.
La France a une nouvelle fois appelé Israël à arrêter ses survols du Liban considérant qu’il s’agissait d’une «violation de la souveraineté libanaise».
«Nous appelons Israël à mettre un terme à ces survols qui constituent des violations de la souveraineté libanaise», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Mattéi. «Nous considérons qu’ils sont contraires à l’esprit et à la lettre de la résolution 1701» du Conseil de sécurité adoptée en août dernier pour mettre fin aux affrontements entre forces israéliennes et miliciens du Hezbollah au Liban sud.
«Nous appelons l’ensemble des parties à s’abstenir de tout acte qui pourrait entretenir ou faire monter la tension», a ajouté le porte-parole français.


 L’ONU appelle au respect
de la résolution 1559


Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé une nouvelle fois lundi au désarmement des milices au Liban, au respect de la souveraineté du pays et à une élection présidentielle sans influence étrangère.
Dans une déclaration lue par son président, l’ambassadeur du Japon Kenzo Oshima, le Conseil a estimé que «certaines provisions de la 1559 restent à mettre en oeuvre : le démantèlement et le désarmement des milices libanaises et étrangères, le strict respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’unité et de l’indépendance politique du Liban, ainsi que la conduite d’une élection présidentielle selon la Constitution libanaise, sans ingérence ni influence étrangère».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *