Libye : La rébellion limoge son exécutif

Libye : La rébellion limoge son exécutif

Le limogeage du bureau exécutif du Conseil national de transition (CNT), qui fait office de gouvernement par intérim, fait éclater au grand jour les difficultés du mouvement rebelle, secoué par le récent assassinat de son chef militaire. L’annonce en a été faite par surprise en début de soirée : le président du CNT Moustapha Abdeljalil a limogé l’ensemble du «bureau exécutif». Seul Mahmoud Jibril, l’équivalent du Premier ministre qui dirige cet exécutif, conserve ses fonctions et aura la charge de reconstituer son équipe de quatorze ministres. Sous l’autorité du CNT, le bureau exécutif de la rébellion a pour mission d’administrer les territoires «libérés» dans l’est du pays, et agit de facto comme une sorte de gouvernement intérimaire en attendant la prise de Tripoli et la chute du colonel Mouammar Kadhafi. Selon une source au sein du mouvement rebelle, cette décision a été prise dans la journée lors d’un vote de la quarantaine de membres du CNT, l’organe politique à la tête de la rébellion. Le débat a tourné essentiellement autour de deux questions: le limogeage de l’exécutif, mais également le remplacement ou le maintien à son poste de Mahmoud Jibril. Il a été finalement décidé que celui-ci conserve ses fonctions, à la condition cependant qu’il fasse plus régulièrement acte de présence à Benghazi, la «capitale» rebelle dans l’Est. Premier ministre, mais également en charge des affaires internationales, M. Jibril passe en effet une grande partie de son temps à l’étranger. Il se trouvait ainsi au Qatar lundi au moment de l’annonce du limogeage de son équipe. Ce faisant, le CNT s’est fait l’écho des critiques récurrentes contre certains ministres rebelles, accusés de consacrer un peu trop de temps à leurs activités «diplomatiques» en dehors du pays, au lieu de rester à Benghazi pour leur travail. Le décret officiel décidant le renouvellement du bureau exécutif n’avait pas encore été publié mardi à la mi-journée. Aucune indication n’a été donnée sur le délai nécessaire à la formation d’un nouveau bureau exécutif. Des «erreurs administratives ont été constatées récemment» au sein de l’exécutif, a simplement commenté dans un entretien avec Al-Jazeera Moustapha Abdeljalil, qui a également souhaité que le futur gouvernement éclaircisse la «conspiration» de l’assassinat le 28 juillet du chef militaire de la rébellion, le général Abdel Fatah Younès. Rallié à la rébellion après avoir été un pilier du régime Kadhafi, le général Younès avait été tué après avoir été rappelé du front pour un interrogatoire à Benghazi. Sa mort a suscité d’intenses spéculations sur l’identité des meurtriers, les divisions au sein de la rébellion, ou l’existence d’une possible «cinquième colonne» derrière les lignes rebelles. Une enquête lancée par le CNT est toujours en cours. L’assassinat du général Younès a également provoqué une vague de critiques contre le mouvement rebelle, dont plusieurs responsables du bureau exécutif avaient signé l’ordre de rappeler du front. Les critiques se sont focalisées sur Ali Essawy, en charge des affaires étrangères au sein de l’exécutif et signataire de l’ordre d’arrestation, ou le ministre de la défense Jallal al-Digheily, mis en cause pour ne pas avoir annulé un déplacement en Egypte après avoir eu connaissance de la convocation du chef d’état-major. Des organisations impliquées dans le soulèvement contre le régime ont réclamé le limogeage de trois ministres. Ces difficultés posent toujours plus de questions sur un mouvement rebelle en permanente mutation, dont les dynamiques profondes comme la réelle emprise sur le terrain restent floues pour de nombreux observateurs étrangers. Elles interviennent à «un moment critique», reconnaissent par ailleurs les responsables politiques de la rébellion, alors que ses combattants marquent le pas sur les lignes de front de l’Est du pays.

  Hervé Bar (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *