Libye : Le fils de Kadhafi assure que le régime de Tripoli tient bon

Libye : Le fils de Kadhafi assure que le régime de Tripoli tient bon

L’un des fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, a affirmé mardi que l’ancien ministre libyen des Affaires étrangères, Moussa Koussa, qui a fait défection mercredi dernier, n’avait «aucun secret» à révéler sur l’attentat de Lockerbie. Il a estimé qu’il y aurait «bien sûr» d’autres défections car une partie des hauts responsables «sont vieux, ce ne sont pas des jeunes comme nous», a-t-il dit, démentant tout délitement du régime de Tripoli. Les autorités britanniques interrogent Moussa Koussa et l’ont appelé à répondre aussi aux questions de la police et de la justice écossaises concernant l’attentat de 1988 contre l’avion de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Ecosse, qui avait fait 270 morts, des Américains pour la plupart. A en croire Saïf al-Islam Kadhafi, qui apparaissait ces dernières années comme le dauphin de son père, Moussa Koussa, qui dirigea le renseignement extérieur libyen, est «vieux et malade». Il pourrait même inventer «de drôles d’histoire» au sujet de Lockerbie et du colonel Kadhafi pour obtenir l’immunité judiciaire, a-t-il dit à la BBC. «Les Britanniques et les Américains (…) savent tout sur Lockerbie, il n’y a aucun secret» que l’ex-chef de la diplomatie libyenne puisse révéler, a-t-il assuré. Les autorités britanniques se sont refusées à tout commentaire sur les informations que M. Koussa pourrait leur fournir étant donné la sensibilité des dossiers concernés. Le ministre des Affaires étrangères, William Hague, a pour sa part insisté sur le fait qu’aucun des membres du premier cercle de Kadhafi, Koussa compris, ne bénéficierait d’aucune immunité judiciaire pour son implication dans des crimes. Le Trésor américain a, de son côté, annoncé lundi qu’il avait ôté Moussa Koussa de la liste noire des responsables libyens interdits de séjour aux Etats-Unis et dont les avoirs étaient gelés, pour le récompenser de sa défection et encourager d’autres dignitaires du régime à l’imiter. M. Hague a déclaré que l’Union européenne discuterait cette semaine d’une levée des sanctions contre M. Koussa. Par ailleurs, un convoi militaire libyen qui se dirigeait vers les lignes de front rebelles près du port pétrolier de Brega a été touché mardi par une frappe aérienne de la communauté internationale, a-t-on appris auprès de l’insurrection. Les rebelles libyens ont repris lundi une grande partie de la ville stratégique de Brega, dans le nord-est du pays. Un responsable de l’opposition, Abdel-bast Abibi, a expliqué que les deux camps s’étaient affrontés jusqu’à la nuit tombée dans la ville. Les rebelles se sont ensuite repliés en banlieue. Après une nuit calme, une frappe a visé tôt mardi un convoi de huit véhicules militaires qui avançaient vers les positions rebelles, a-t-on précisé de même source. Deux véhicules ont été touchés et les six autres ont fait demi-tour. L’information ne pouvait pas être vérifiée de source indépendante. Une centaine de rebelles se sont rassemblés mardi matin à la pointe est de Brega avec six véhicules équipés de mitraillettes et de lance-roquettes. Mais on ignorait s’ils avaient l’intention de lancer une nouvelle incursion dans la ville.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *