Libye : L’opposition rejette toute idée de négociation avec le régime

Libye : L’opposition rejette toute idée de négociation avec le régime

«Notre position est claire, pas de négociations avec le régime Kadhafi»: un porte-parole du Conseil national libyen, récemment créé par l’opposition, a rejeté toute idée de pourparlers avec le «Guide» de la révolution, alors que les forces libyennes poursuivaient mardi leur contre-offensive pour empêcher les insurgés de progresser vers Tripoli, la capitale. A Benghazi, principale ville de l’est du pays tenu par les combattants, un porte-parole du Conseil national libyen a affirmé qu’un homme disant représenter Mouammar Kadhafi avait pris contact avec le Conseil pour discuter des modalités relatives à un départ du maître de Tripoli, au pouvoir depuis 1969. Sans dévoiler l’identité de cet intermédiaire, ni dire de quand datait ce contact, Moustafa Gheriani a expliqué à l’AP que le Conseil ne pouvait être certain qu’il agissait de sa propre initiative ou représentait bien Kadhafi. Mais il a rejeté au nom du Conseil toute discussion avec le régime de Tripoli, qui continue de contre-attaquer. L’aviation libyenne a ainsi mené au moins cinq raids aériens dans la journée près de positions rebelles dans le port pétrolier stratégique de Ras Lanouf, (620 km à l’est de Tripoli). Aucune information sur d’éventuelles victimes n’a pour le moment été diffusée. D’après un journaliste de l’Associated Press présent sur place, les frappes ne semblent pas avoir touché les rebelles. Sur un autre front, un témoin a déclaré que les forces loyales à Mouammar Kadhafi avaient repris Zaouia, la ville la plus proche de Tripoli tombée aux mains de l’opposition. D’après cet homme qui a requis l’anonymat, les chars et les véhicules de combat sillonnaient la localité, située à 50 km à l’ouest de Tripoli, et tiraient sur des habitations. Electricité, téléphone et Internet étaient coupés, a-t-il expliqué par téléphone à l’AP après avoir réussi à quitter la ville et à gagner un secteur lui permettant d’utiliser son téléphone mobile. «La ville est en ruines», a-t-il dit après la contre-offensive du régime lundi. «Certains bâtiments ont été entièrement détruits», «il y a de nombreux blessés mais les hôpitaux vont se trouver à court d’approvisionnements». Le régime Kadhafi utilise un peu plus chaque jour ses moyens aériens afin de bloquer l’avancée des rebelles vers la capitale, en provenance de l’est du pays tenu par l’opposition. Ce recours important à l’aviation souligne du même coup la vulnérabilité des insurgés qui tentent de progresser en terrain ouvert le long de la côté méditerranéenne et pourrait conduire la communauté internationale à imposer une zone d’exclusion aérienne en Libye pour empêcher les bombardements. Les Etats-Unis ont rappelé lundi qu’ils étudiaient avec leurs alliés de l’OTAN toutes les options, y compris militaire, pour répondre à l’escalade de la violence en Libye. La Grande-Bretagne et la France préparent un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui instaurerait une zone d’exclusion aérienne, a-t-on précisé lundi de source diplomatique britannique. Le texte est préparé au cas où il serait nécessaire, mais aucune décision n’a encore été prise pour le faire circuler au Conseil où la Russie a rejeté une telle option et dispose d’un pouvoir de veto, a-t-on appris de même source. Certains pays arabes accentuent dans le même temps la pression sur le régime Kadhafi et se sont joints aux demandes d’une zone de «non-survol». Le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabes Unis a déclaré que le Conseil de sécurité de l’ONU devait «assumer sa responsabilité historique pour protéger le peuple libyen». Parallèlement, selon un haut responsable de l’Union européenne, rentré lundi soir de Tripoli, des représentants du régime de Tripoli ont exprimé le souhait à plusieurs reprises que l’ONU envoie une mission indépendante en Libye pour enquêter sur les violences.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *