L’Indonésie de nouveau victime de terrorisme

Le spectre du terrorisme plane une nouvelle fois à Bali, en Indonésie. De nouveaux actes de violence ont frappé samedi des zones touristiques de «l’île des dieux». Un bilan provisoire fait état d’au moins 26 morts et plus de 120 blessés. Le nombre des victimes pourrait être révisé à la hausse dans les prochains jours. Un Japonais et trois Australiens, dont un adolescent, ont été tués.
Parmi les blessés figurent notamment six Sud-Coréens, quinze Australiens, une Française et un citoyen britannique. Les explosions, qui ont visé les stations balnéaires de Jimbaran et de Kuta, une destination très prisée par les touristes étrangers, se sont succédé. Une première explosion s’est produite au restaurant Raja à Kuta. Quelques minutes plus tard, deux autres explosions ont dévasté deux restaurants au bord de mer dans le pittoresque village de pêcheurs de Jimbaran.
La piste islamiste reste privilégiée. Selon le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono, ces opérations sont l’œuvre des kamikazes. «Le résultat des investigations montre pour l’instant que les attentats ont été perpétrés par des kamikazes», a déclaré à Bali le chef de l’Etat.
La police pointe du doigt le réseau islamiste régional Jamaah Islamiyah en indiquant que les attentats rappellent fortement ceux de Bali en octobre 2002. «Le mode opératoire est très similaire à de précédents attentats-suicide, avec l’utilisation de sacs à dos, dont des morceaux ont été retrouvés sur les sites des attentats», a déclaré à l’AFP Ansyaad Mbai, chef de la section antiterroriste au ministère de la Sécurité.
«Nous avons retrouvé des corps dont les jambes et la tête sont manquantes», a-t-il ajouté, en sous-entendant que les auteurs avaient été déchiquetés du fait de leur proximité avec l’engin explosif. Par ailleurs, la thèse de l’implication du réseau terroriste Jamaah Islamiyah dans ces attentats est appuyé par l’Institut de défense et d’études stratégiques de Singapour. « La Jamaah Islamiyah est la seule organisation qui a la volonté et la capacité de mettre sur pied et de coordonner des attaques simultanées contre une cible occidentale en Indonésie », a estimé un expert de l’Institut. Deux noms sont actuellement dans la ligne de mire. Il s’agit de Noordin Mohammad Top et Azahari Husin, des islamistes malaisiens experts en explosifs.
Rappelons que l’Indonésie a déjà été secouée ces dernières années par une série d’attentats meurtriers.
En octobre 2002, ces actes de violences ont fait à Bali plus de 200 morts dont la majorité sont des touristes étrangers. Des attaques similaires ont été perpétrées contre l’hôtel Mariott de Jakarta en 2003 et à l’ambassade d’Australie en 2004. Elles étaient imputées à des activistes de la Jamaah Islamiyah, réputée liée au réseau d’Al-Qaïda.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *