L’office a tenu son conseil d’administration: Quel rôle pour l’ONEE dans la transition énergétique ?

L’office a tenu son conseil d’administration: Quel rôle pour l’ONEE dans la transition énergétique ?

Le taux de généralisation de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural est de 95%. Celui en réseau électrique est de 99% au moment où 865.000 usagers dans plus de cent communes ont bénéficié du travail de généralisation des services d’assainissement liquide.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a incontestablement son rôle à jouer dans la transition énergétique du Royaume. C’est ce qu’a relevé Abdelilah Benkirane mardi à Rabat, lors de la deuxième session du conseil d’administration (C.A) de l’ONEE. Une occasion pour le chef de gouvernement de mettre le point sur l’activité de l’Office.

Le mix énergétique, le développement du gaz naturel, le budget et le plan d’action de l’ONEE pour 2016. Toutes ces thématiques étaient au centre de l’intervention du chef de gouvernement. En tant que président de cette deuxième session  du C.A de l’office,  celui-ci n’a pas manqué de rappeler l’ambition du Maroc d’augmenter la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. Comme annoncé lors de la COP21, cette part devrait passer de 42 % en 2020 à 52 % en 2030.

Pour accompagner ces objectifs, la restructuration de l’ONEE s’imposait. Un contrat-programme s’étalant de 2014 à 2017 a été signé dans ce sens avec l’Etat pour «régulariser sa situation financière critique résultant d’un déficit structurel ayant atteint des proportions inquiétantes», a fait savoir Benkirane pour qui, cette approche a d’ores et déjà donné ses fruits dans la mesure où un regain de confiance auprès des bailleurs de fonds commence à se sentir.

D’importants financements nationaux et internationaux «ont ainsi permis à l’ONEE de signer de gros contrats d’investissements stratégiques dont certains étaient restés en suspens pendant plusieurs années», avait-il précisé.
Il s’agit essentiellement du projet de la centrale thermique de Safi destiné à couvrir 25% de la demande nationale en électricité à l’horizon 2018 et du projet de création d’une station de dessalement d’eau de mer à Agadir qui couvrira les besoins de la ville et des zones environnantes en eau potable.

A ce sujet, il est à souligner que le taux de généralisation de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural est de 95%. Celui en réseau électrique est de 99% au moment où 865.000 usagers dans plus de cent communes ont bénéficié du travail de généralisation des services d’assainissement liquide.

Lors du conseil d’administration, il a également été question d’adopter le projet de budget de l’Office et son plan d’action au titre de l’année 2016 qui consiste, entre autres, à renforcer les ressources humaines et les activités commerciales de l’ONEE.

Un programme de réhabilitation, de révision générale et d’entretien des unités de production est également prévu. A l’horizon 2020, l’office prévoit également l’actualisation des prévisions de demande en électricité, la programmation de l’offre nécessaire pour satisfaire les besoins à moindre coût et le développement du réseau de transport et d’acheminement.

A travers ces actions, l’ONEE entend couvrir les exigences des orientations en matière d’énergie, notamment la stratégie énergique nationale visant à diversifier les sources énergétiques, augmenter la part des énergies renouvelables et  intervenir de manière active dans le secteur de l’assainissement liquide tout en préservant l’environnement et recyclant les eaux usées.

(avec Map)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *