L’ONP recourt à la justice pour récupérer les caisses en plastique

L’ONP recourt  à la justice pour récupérer les caisses en plastique

Face aux mauvaises pratiques entourant l’utilisation des contenants, les autorités de tutelle veulent agir. Les chiffres sont, en effet, édifiants. Pas moins de 35% du stock de contenants n’a pas été restitué à l’ONP (Office national de la pêche) à ce jour. C’est la raison pour laquelle l’ONP a mis en place un plan de restitution de caisses en plastique en circulation.

Pour rappel, l’introduction des contenants normalisés pour les débarquements de poisson dans les ports du Royaume s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie Halieutis qui prévoit dans son axe performance la mise en place de conditions optimales de qualité pour le traitement du produit, du débarquement jusqu’à sa commercialisation.

«L’ONP a toutefois fait le regrettable constat de certains abus dans les pratiques d’utilisation pouvant remettre en cause les avancées significatives obtenues jusqu’ici en matière de valorisation des produits frais», affirment les responsables de l’Office.

«Cette situation pénalise un grand nombre d’utilisateurs qui se retrouvent face à un problème de disponibilité des caisses et compromet également tous les investissements engagés en termes de dispositif et d’infrastructures de lavage d’entretien des caisses. Elle génère également un circuit parallèle de trafic de revente ou de location tarifée des caisses», ajoute la même source. C’est pour préserver les intérêts du secteur qu’un plan de rapatriement des contenants non restitués est actuellement en cours. De même, la tutelle annonce un nouveau mode de gestion des contenants au sein des ports de pêche, en vigueur depuis le 1er de ce mois de février. Plus concrètement, les mareyeurs ont le choix entre 2 options.

La première consiste à la signature par le mareyeur d’un engagement individuel fixant plusieurs conditions. Celles-ci prévoient notamment le dépôt de caution pour l’utilisation des contenants (incluse dans la caution d’achat), soit 33 DH pour la caisse sardinier et chalutier et 60 DH pour la caisse palangrier, ce qui correspond au prix d’achat des caisses.

Il est question aussi de l’institution d’un délai de rigueur pour le retour des caisses variant entre 4 et 8 en fonction de l’éloignement du  port ainsi que l’application de pénalités de retard estimée à 1 DH/caisse/jour de retard, dans la limite de 7 jours.

Au-delà du délai de 7 jours de retard, un prélèvement du montant de la caisse sera effectué à partir de la caution du mareyeur vu que la caisse sera considérée comme perdue. Si ces conditions ne conviennent pas aux intéressés, l’ONP proposera la deuxième option. Cette dernière donne la possibilité aux mareyeurs de transvaser leurs produits dans leurs propres caisses à condition de répondre aux normes garantissant la qualité du produit.

A noter enfin que l’ONP a mis en place une action visant à récupérer les contenants non restitués à ce jour en faisant appel à la coopération des opérateurs concernés, en l’absence de quoi des procédures judiciaires seraient envisagées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *