L’Otan en conclave en Sicile

Les membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) se réuniront, ces jeudi 9 et vendredi 10 février en Sicile en Italie pour discuter de la modernisation de l’Alliance. Des troupes norvégiennes opérant dans le cadre de la mission de l’Otan en Afghanistan ont, elles-mêmes, été visées mardi par des manifestants à Maëmana (Nord). L’Otan a assuré que cela ne remettrait pas en cause son engagement dans ce pays ni l’expansion dans le Sud, prévue l’été prochain, de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) qu’elle dirige. Les violentes manifestations contre les caricatures éclatent au moment même où l’Otan cherche à renforcer ses liens avec le monde arabo-musulman et à améliorer son image dans ces pays, ont reconnu des responsables de l’Alliance à Bruxelles. Pour la première fois, le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld et ses pairs ont invité vendredi dans la petite ville côtière de Taormine leurs homologues de plusieurs pays musulmans, dans le cadre du "Dialogue méditerranéen" de l’Otan. Ce programme de coopération, créé il y a une dizaine d’années, que l’Otan cherche à relancer, regroupe le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie, l’Egypte, la Jordanie, ainsi qu’Israël. "Aucune des parties n’a envie de voir cette affaire (des caricatures) dominer les débats à Taormine", a indiqué John Colston, secrétaire général adjoint de l’Otan pour les questions de défense.  En principe, la réunion informelle de deux jours doit être consacrée aux efforts de modernisation de l’Otan et à la mise sur pied de sa nouvelle Force de réaction rapide (NRF), en vue du sommet des dirigeants de l’Alliance à Riga en novembre. Les 26 pays de l’Otan ont engagé un vaste débat sur le rôle futur de l’alliance militaire occidentale, créée au début de la Guerre froide pour contrer l’Union soviétique, face au terrorisme aux nouvelles menaces. Pour les Etats-Unis, qui n’ont pas fait appel à l’Otan pour la guerre en Afghanistan en 2001, ni pour l’Irak en 2003, l’Alliance doit avoir des responsabilités élargies à l’échelle planétaire. Ambitions qui déplaisent à la France en particulier, prompte à défendre "la vocation militaire de l’Alliance". A Munich le week-end dernier, le ministre français de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a clairement mis en garde contre "un éparpillement" de l’Otan et plaidé un partage précis des tâches avec l’Union européenne. Récemment, l’Otan a participé aux secours des sinistrés du séisme dévastateur en octobre au Pakistan.  Le secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer, soutenu par les Américains, est favorable à l’idée de multiplier les financements en commun des missions de l’Otan, ce qui suscite les réserves de Paris. Le ministre de la Défense russe, Sergueë Ivanov, se joindra aux discussions vendredi pour parler de coopération, notamment dans la lutte contre le terrorisme.  Des navires de la marine russe doivent pour la première fois se joindre à l’opération antiterroriste "Active Endeavour" (Engagement actif) lancée par l’Otan en mer Méditerranée après les attentats du 11 septembre 2001. Cette participation inédite est censée illustrer le rapprochement entre les deux anciens ennemis de la Guerre froide, malgré la persistance d’une méfiance réciproque.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *