Lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées : une contribution de taille aux efforts d’éradication de ce phénomène

Lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées : une contribution de taille aux efforts d’éradication de ce phénomène

Depuis l’annonce de son lancement par SM le Roi Mohammed VI, que L’assiste, le 20 août 2000 dans Son discours à l’occasion du 47ème anniversaire de la révolution du Roi et du peuple, le Programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées a donné des résultats positifs, en témoigne l’augmentation soutenue du nombre des bénéficiaires et l’amélioration de la qualité des programmes dispensés et des outils pédagogiques adoptés.
Ces résultats positifs ont pu être réalisés grâce également à la formation initiale et continue dont a bénéficié le corps enseignant travaillant dans le cadre de ce programme et qui lui a permis de consolider ses compétences et de mener sa mission dans les meilleures conditions.
Le suivi constant par SM le Roi de la mise en œuvre du Programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées reflète l’intérêt particulier accordé par le Souverain à ce mode d’enseignement qui contribue aux efforts déployés pour l’éradication du phénomène d’analphabétisme à l’échelle nationale, notamment parmi les femmes.
Il reflète également la forte volonté de SM le Roi de renforcer le rôle d’avant-garde des mosquées en matière d’éducation et d’instruction, outre leurs missions principales de propager la paix spirituelle, de garantir une pratique idéale des préceptes de l’Islam et de préserver l’identité religieuse des Marocains fondée sur le rite malikite.
Le ministère des Habous et des affaires islamiques s’était fixé pour objectif l’alphabétisation de 600.000 personnes durant la première décennie de ce programme, un objectif largement dépassé puisque cette initiative a bénéficié à 925.594 personnes durant cette période, soit avec un taux de réalisation de 153,6 pc.
Par catégorie de bénéficiaires, les femmes ont représenté 78 pc, alors que 36 pc sont issus du monde rural. Le taux de réussite s’est établi à 85,5 pc du total des bénéficiaires.
S’agissant du plan quinquennal 2011-2016 de ce programme, le ministère se fixe comme objectif l’inscription d’un million de personnes et de 250.000 bénéficiaires annuellement à partir de 2013. Durant les deux dernières années scolaires (2010-2011 et 2011-2012), l’objectif visé, qui était de 380.000 personnes, a été dépassé. Quelque 89 pc des inscrits sont des femmes et 39 pc des habitants du mode rural. Le taux de réussite a été supérieur à 86 la première année.
Dans le même contexte, le nombre de mosquées dotées des outils didactiques permettant de dispenser des cours d’alphabétisation a enregistré une forte hausse durant les 12 dernières années, passant de 200 mosquées en 2000 à 3.846 en 2012. Le nombre d’encadrants de ces cours a connu également une nette progression en passant de 200 en 2000 à 4.262 durant cette année.
Le ministère a créé en 2006 des instances de coordination, de consultation et d’orientation éducatives qui ont permis de porter le nombre de coordinateurs et de consultants éducatifs de 60 en 2006 à 350 en 2012.
Convaincu de la mission éducative qu’accomplissent les encadrants du Programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées, le ministère a accordé un grand intérêt à cette catégorie professionnelle, en mettant en œuvre un programme de formation et de formation continue qui vise à permettre à ces cadres de se mettre au diapason des théories pédagogiques modernes et de travailler selon l’approche par compétences et la pédagogie d’insertion.
Dans le même sens, des ateliers de travail sont organisées de manière régulière et intense, le but étant d’assurer la qualification des cadres éducatifs et d’améliorer leurs performances.
Dans le souci d’améliorer le Programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées, le ministère des Habous et des affaires islamiques a adopté, également, une approche basée sur la coordination et l’échange d’expériences et d’expertises avec différentes parties concernées par cette question, tout en adoptant les normes de bonne gouvernance en matière de gestion financière et de traitement des informations et des statistiques
Pour ce qui est de la motivation des bénéficiaires et des cadres éducatifs, SM le Roi a tenu à remettre en personne des attestations de réussite et des prix de mérite aux cinq premiers lauréats au niveau national. Dans le même sens, le ministère a organisé des fêtes de fin d’année au niveau de l’ensemble des régions et provinces du Royaume.
Concernant ses projets futurs dans ce domaine, le ministère compte, entre autres, faire augmenter le nombre de bénéficiaires, préparer un programme télévisé et mettre en place un deuxième niveau d’études dans le but de parachever le processus d’apprentissage des bénéficiaires et leur permettre d’adhérer au système d’auto-enseignement continu et au processus de développement durable.
Par ailleurs et en applications des Hautes instructions Royales portant sur l’appui de ce programme et son élargissement, le ministère œuvrera pour la concrétisation de quatre objectifs majeurs, dont l’augmentation annuelle du nombre de bénéficiaires de 190.000 à 250.000 personnes, à partir de janvier 2013 et ce, grâce à une enveloppe budgétaire additionnelle de 22.700.000 DHS.
Cette augmentation a pour cible principalement la lutte contre l’analphabétisme chez les jeunes de moins de 25 ans dans le monde rurale.
Le ministère compte aussi préparer une émission télévisée qui sera diffusée sur la Chaîne Mohammed VI du Saint Coran afin d’accompagner le programme exécuté dans les mosquées à partir de janvier 2013, avec une enveloppe budgétaire supplémentaire de 20 millions de DHS, ainsi que la création, grâce à un budget de 11.400.000 DHS, d’un deuxième niveau d’études pour les personnes âgées entre 15 et 45 ans à partir de l’année scolaire 2013-2014.
Il sera procédé, dans le même cadre, à la création d’un journal éducatif à l’instar du journal Manar Al Maghrib créé par Feu SM Mohammed V. Cette publication sera distribuée aux lauréats du Programme afin de les aider à enrichir leurs connaissances.
Le Programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées a redonné, sans nul doute, à ces lieux de culte leur place d’avant-garde en matière d’éducation et d’instruction comme ce fut le rôle de la première mosquée de Médine. Il offre un cadre idoine pour l’encadrement des bénéficiaires afin qu’ils puissent acquérir les compétences nécessaires en matière de lecture, d’écriture, d’expression, de communication et de calcul.
Le programme vise aussi à les doter des capacités nécessaires dans les domaines civique, de l’environnement, de la santé, de la famille et en matière de droit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *