M. Souhail pour davantage de territorialisation des politiques de promotion de l’emploi

M. Souhail pour davantage de territorialisation des politiques de promotion de l’emploi

Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Abdelouahed Souhail a plaidé, lundi à Fès, pour davantage de territorialisation des efforts et politiques de promotion de l’emploi.
La tendance actuelle est de faire des collectivités locales, aux cotés du privé et de la société civile, de véritables partenaires de développement et de promotion de l’emploi, a dit M. Souhail, lors de l’ouverture d’un atelier interrégional sur la +gouvernance et la territorialisation de l’emploi, co-organisé par l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC).
Saluant le processus de décentralisation dans lequel s’était engagé le Royaume, le ministre a souligné que la régionalisation avancée constitue dans ce cheminement le cadre idoine pour réduire les disparités entre les différentes régions, d’une part, et entre les besoins de développement et le niveau d’équipement de chaque région, de l’autre.
Il a appelé, à cet effet, à une implication effective de l’ensemble des acteurs locaux dans l’élaboration de toute stratégie d’emploi, rappelant que le gouvernement a placé parmi ses priorités la mise en place d’un observatoire national de l’emploi qui se chargera de l’analyse et du suivi des besoins du marché de l’emploi.
Pour Hafid Kamal, directeur général de l’ANAPEC, l’expérience a démontré que la performance des services publics de l’emploi (SPE) est tributaire de l’efficacité de l’action entreprise par ses agences locales.
Ces SPE ne peuvent également jouer pleinement leur rôle sans une grande capacité d’intégration dans leur environnement socio-économique et sans interaction avec les acteurs locaux, a-t-il relevé, notant, à cet effet, que l’ANAPEC a fait de la consolidation des partenariats locaux et de l’accompagnement des chantiers locaux et régionaux un axe majeur de son programme d’action.
Et de rappeler que l’ANAPEC ne cesse de conclure des conventions et partenariats régionaux destinés à améliorer l’employabilité, appuyer l’auto-emploi et ouvrir des espaces d’emploi.
Il devient aujourd’hui crucial, selon le responsable, de réfléchir sur les articulations à apporter entre les trois niveaux d’intervention national, régional et local, ainsi que la synergie et les complémentarités entre ces niveaux.
Pour ce qui est de la gouvernance de la promotion de l’emploi, un point qui sera soumis au débat des conférenciers, le DG de l’ANAPEC a pointé du doigt la multiplicité, à chaque niveau (national, régional et local), des conseils et commissions, qui ne favorisent pas une visibilité globale et intégrée de la promotion de l’emploi, d’où la nécessité, selon lui, de regrouper les différentes commissions dans une seule structure.
Co-organisé par l’Association mondiale des services d’emploi publics (AMSEP), l’atelier se propose de réfléchir, deux jours durant, sur les rôles des acteurs locaux dans la promotion de l’emploi, les différentes mesures locales d’emploi, le financement de ces mesures et les structures locales de gouvernance et de gestion du dispositif local pour l’emploi.
Pour permettre aux différents SPE présents de partager leurs expériences et d’identifier les pratiques et les approches novatrices dans ce domaine, trois tables rondes sont prévues à cette occasion, avec la participation de responsables nationaux, d’experts en emploi et formation et d’organisations internationales.
Il est ainsi question de débattre des mesures locales pour l’emploi en complémentarité avec les mesures nationales de l’emploi, de la gouvernance de la promotion de l’emploi au niveau local et des moyens d’une meilleure observation du marché de l’emploi au niveau local.
Fondée en 1988 par six services publics d’emploi du Canada, de la France, de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Suède et des Etats-Unis, avec l’appui de l’Organisation internationale du travail (OIT), l’AMSEP encourage l’échange des bonnes pratiques entre les acteurs du marché du travail et l’emploi. Elle compte actuellement un réseau de 89 services publics d’emploi et plus de 500.000 collaborateurs, qui interviennent dans toutes les régions du monde sur des marchés d’emploi très différents.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *