Marche Verte : Il était une fois une épopée

Marche Verte : Il était une fois une épopée

Le Maroc célèbre le 42ème anniversaire d’un événement inscrit à jamais dans l’histoire collective du pays

Tous les Marocains étaient d’autant plus déterminés pour la libération des provinces du Sud que les magistrats de la Cour de La Haye avaient confirmé l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies.

Il y a 42 ans, le Maroc organisait la Marche Verte pour recouvrir ses provinces du Sud des mains des colons espagnols. Cela faisait à l’époque quelques mois déjà que cette idée ingénieuse germait dans la pensée d’un grand Roi, Feu SM Hassan II. Quelques hauts responsables et commis de l’Etat étaient mis dans la confidence. Puis vint la journée du 16 octobre 1975 durant laquelle Feu SM Hassan II annonçait l’organisation de la plus grande marche pacifique de l’Histoire, la Marche Verte. Une grande marche parce qu’elle a mobilisé pas moins de 350.000 Marocains armés simplement de Coran, du drapeau national et d’une ferme volonté sous la conduite de leur Roi afin de récupérer les terres marocaines au Sud. L’événement était hautement symbolique puisqu’il devait permettre au Royaume de parachever une autre marche tout aussi glorieuse, celle de l’indépendance de tous ses territoires.

Une bonne partie des terres marocaines avait été récupérée dans les années 50 et c’était au tour du Sahara et des compatriotes sahraouis de se débarrasser du joug de la colonisation espagnole. Les mots prononcés par Feu SM Hassan II retentissent toujours dans les oreilles de millions de Marocains qui suivaient impatiemment les préparatifs. «Demain, tu franchiras la frontière. Demain, tu entameras ta Marche. Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrante de ton cher pays», avait dit Feu SM Hassan II dans le discours adressé aux volontaires devant participer à cette marche le 5 novembre 1975. Ce fut comme un signal donné aux 350.000 Marocains de toutes les régions du Royaume pour entamer la Marche Verte. Mais les Marocains n’étaient pas seuls.

Des délégations de pays frères et amis avaient également pris part à cette épopée, notamment de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie, du Qatar, des Émirats Arabes Unis, d’Oman, du Soudan, du Gabon et du Sénégal ainsi que le secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique (OCI). En réponse à l’appel royal, les participants à la Marche Verte avaient tous convergé, en toute sérénité, vers Tarfaya, première étape de la marche. Tous les Marocains étaient d’autant plus déterminés pour la libération des provinces du Sud que les magistrats de la Cour de La Haye avaient confirmé l’existence de liens juridiques et d’allégeance entre les Sultans du Maroc et les tribus sahraouies. Une décision qui venait conforter encore plus le Royaume dans sa noble quête. Suite aux efforts des centaines des milliers de Marocains soutenus par des millions d’autres, le drapeau national est hissé le 28 février 1976 dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain.

Depuis, les Marocains célèbrent chaque année cet événement devenu un fête nationale. Plus qu’un simple anniversaire d’un événement historique, la Marche Verte est aujourd’hui un symbole pour toute une Nation. Le symbole d’une marche qui continue d’ailleurs avec SM le Roi Mohammed VI. Le Sahara d’aujourd’hui n’a, en effet, rien à voir avec celui laissé par le colonisateur espagnol. Des projets à coups de milliards ont permis aux provinces du Sud de prendre le même train de développement pris par les autres régions marocaines.

Plus encore, les régions du Sud sont dotées d’un modèle de développement local qui prend en compte les potentialités et les spécificités de ces provinces. Les villes de Laâyoune, Dakhla ou encore Boujdour et Guelmim disposent des infrastructures nécessaires pour permettre aux habitants de ces régions d’être fiers d’appartenir à une Nation forte de son passé et résolument tournée vers l’avenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *