Marche Verte : Les coulisses des négociations

Marche Verte : Les coulisses des négociations

Entre tergiversations du régime de Franco, manœuvres algériennes et réactions américaines

Face à la ferme détermination marocaine, la réaction du régime fasciste de Franco en Espagne était, malheureusement, imprévisible. Il faut dire qu’à l’époque, l’Etat franquiste dans la péninsule ibérique était déjà à la décadence.

Plus de quatre décennies après, l’histoire de la Marche continue de livrer ses secrets. C’est une véritable guerre diplomatique qui se déroulait dans les coulisses. Un scénario-catastrophe avec un accrochage militaire n’était pas non plus écarté. Au fil des années, quelques détails recueillis ça et là renseignent un peu plus sur l’histoire peu connue de la Marche Verte. Côté marocain, la décision était déjà prise pour lancer la Marche Verte.

Plus qu’une question de vie ou de mort, la récupération des provinces du Sud était tout aussi une question de dignité pour la Nation marocaine, blessée dans son amour propre après la mise sous tutelle étrangère du Maroc depuis le début du 20 siècle. Face à la ferme détermination marocaine, la réaction du régime fasciste de Franco en Espagne était, malheureusement, imprévisible.

Il faut dire qu’à l’époque, l’Etat franquiste dans la péninsule ibérique était déjà à la décadence. Le dictateur espagnol, très affaibli par la maladie, savait que ses jours étaient comptés. L’histoire révélera par la suite que Franco planifiait la restauration de la monarchie en Espagne et les premières négociations avaient même été déjà lancées pour le retour du Roi Juan Carlos. Mais ce que les historiens et les observateurs de l’époque ne savaient pas, c’était la position et partant, la réaction des proches de Franco ainsi que l’aile dure de son régime fasciste. Des unités militaires espagnoles armées et équipées pour une confrontation, étaient toujours stationnées dans les provinces du Sud, notamment à Laâyoune. Les autorités marocaines avaient certes pris des mesures pour garantir la sécurité des 350.000 Marocains qui ont répondu à l’appel de Feu SM Hassan II, mais il fallait au même moment éviter d’attirer trop l’attention avec un grand dispositif militaire important au risque de provoquer une réaction désastreuse côté espagnol.

Au final, les militaires ibériques n’ont pas eu recours aux armes face à une Marche Verte pacifique qui a d’ailleurs pu atteindre son objectif. Si la réaction du régime de Franco était restée imprévisible jusqu’à la dernière minute, outre-Atlantique, l’administration américaine conduite alors par le président démocrate Jimmy Carter suivait de très près les événements. C’est ce que révèlent en tout cas les derniers câbles de la fameuse agence de renseignement de l’Oncle Sam, CIA. Les Américains craignaient, en effet, un conflit armé entre le Maroc et l’Espagne sachant que les préparatifs pour la Marche Verte sont restés secrets et n’ont pas été dévoilés par les autorités marocaines à leurs alliés américains.  Dans les câbles envoyés par les antennes régionales de l’agence de renseignement américaine, les hypothèses de cette dernière n’écartaient pas un recours aux armes. Les agents américains insistaient sur le fait que la tension était à son comble et que la moindre étincelle pouvait embraser la région. C’est d’autant plus vrai que des mouvements du régime en Algérie avaient été décelés sur le flanc Est. Les Américains avaient signalé, dans ce sens, un possible appui militaire de la part des responsables algériens aux séparatistes du polisario. Cette  thèse s’est révélée par la suite correcte puisque les équipements militaires des séparatistes provenaient essentiellement du voisin de l’Est. Il faut dire que l’Algérie est à ce moment précis contrôlée par l’ancien ministre de la défense Houari Boumedienne. Ce dernier était connu pour son hostilité pour le Maroc et faisait partie également de ceux qui n’avaient pas digéré la déroute de l’armée algérienne face aux FAR (Forces armées royales) dans la guerre des sables.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *