Maroc-Espagne : Faire de la coopération bilatérale un modèle

Maroc-Espagne : Faire de la coopération bilatérale un modèle

Les relations maroco-espagnoles sont bonnes et promettent de l’être davantage dans un avenir proche, ont déclaré, lundi à Rabat, le ministre marocain délégué aux affaires étrangères et à la coopération et le secrétaire d’Etat des affaires étrangères d’Espagne au cours d’une conférence de presse commune. Les deux responsables qui ont rappelé l’importance en laquelle les deux pays tiennent leur coopération bilatérale ont fait part de la communauté de leurs vues sur la plupart des questions.
Rabat et Madrid, ont-ils affirmé, ont la même perception de la plupart des situations qui préoccupent la région et le monde. «Notre dîner de travail de dimanche comme notre réunion de ce matin ont montré combien cette communauté d’idées est profonde et s’inscrit dans la permanence et la qualité du dialogue politique qui lie les deux partenaires». Les deux ministres ont précisé qu’ils ont la même vision des solutions à trouver à la question des flux migrants dont le Maroc et l’Espagne sont les «premières victimes». Youssef Amrani a déclaré à ce sujet que le Maroc qui est devenu autant un pays d’accueil que de transit considère que le problème de la migration est tout à la fois de la responsabilité des pays émetteurs, de ceux de la région  et de ceux de l’Europe. Il a estimé que l’efficacité de la solution à y apporter doit être globale et comporter aussi bien un volet sécuritaire que des aspects visant le  développement économique qu’une dimension humaine et de solidarité.
Les deux ministres ont estimé que la lutte contre l’émigration non autorisée doit débuter dans les pays d’origine par des actions qui leur assurent la paix, la stabilité et le développement économique et social qui garantit l’inclusion. Youssef Amrani a affirmé en réponse à une question d’ALM lui demandant si la recherche de cette stabilité incluait une éventuelle participation à l’appel des pays membres de la CEDEAO préconisant une intervention armée au nord du Mali, que le Maroc respectera la décision du groupement régional africain et que de toute manière, si jamais elle prenait forme, cette intervention ne se ferait qu’avec l’aval du Conseil du sécurité de l’ONU. Il a également déclaré en citant le communiqué commun que, concernant la question du Sahara, les deux parties ont souligné l’importance de la reprise des négociations sur des bases solides conformément aux paramètres définis par le Conseil de sécurité dont notamment le réalisme et l’esprit de compromis afin de parvenir à une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable à ce différend qui n’a que trop duré. Il a ajouté que l’Espagne salue les efforts sérieux et crédibles consentis par le Maroc.
Youssef Amrani et Gonzalo de Benito ont dit l’engagement du Maroc et de l’Espagne à construire des relations solides et exemplaires basées sur la confiance mutuelle et la responsabilité partagée dans l’objectif de les ériger en un modèle de partenariat en Méditerranée basé sur la concertation et la coopération «entre les deux rives» sur le plan économique, culturel, sécuritaire, éducatif… Dans cette optique, ils se sont félicités de la récente tenue du forum parlementaire Maroc-Espagne et se sont déclarés pleins d’espoir à la perspective de la réunion de la haute commission bilatérale mixte le 3 octobre prochain. Ils ont également fait part de leur volonté de saisir la tenue du 2ème Sommet 5 plus 5 prévu à Malte les 5 et 6 octobre pour avancer sur cette voie et ont dit leur satisfaction de ce que le Maroc participera au prochain sommet ibéro-latino-américain prévu à la mi-novembre dans la ville espagnole de Cadix.
Les deux hommes qui ont affirmé que la coopération maroco-espagnole est une priorité fixée par leurs plus hautes autorités pour deux pays qui ont besoin l’un de l’autre ont déclaré que la solidarité bilatérale ira se renforçant dans la difficile conjoncture économique actuelle. Des conditions qui cependant ne feront pas oublier à l’Espagne son devoir d’hospitalité envers les 800.000 Marocains qui y vivent, a conclu le secrétaire d’Etat espagnol aux affaires étrangères.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *