Maroc-Espagne : Une coopération bilatérale au beau fixe

Le ministre des affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, a déclaré au cours d’une conférence commune tenue mardi à Rabat avec son homologue espagnole Trinidad Jiménez que le rapt des représentants d’ONG européennes à Tindouf engage directement la responsabilité de l’Algérie. Cet enlèvement ayant eu lieu dans les camps de Tindouf qui se trouvent sur le territoire algérien, c’est, au regard du droit international, de la responsabilité d’Alger d’assurer la sécurité sur son territoire. Il a, en outre, qualifié d’étonnant qu’une opération de cette envergure ait pu déjouer les systèmes de surveillance installés dans la zone. Contrairement à son homologue espagnole qui a préféré parler d’hypothèses de travail en attendant la suite des investigations, Taïeb Fassi a lié l’enlèvement à Al Qaïda. «Malheureusement, a-t-il déclaré, les événements nous donnent raison sur ce que nous avons appréhendé sur l’extension des activités des terroristes qui sévissent dans le Sahel». «Bien avant le cas libyen, nous avons tiré la sonnette d’alarme et tenté d’avertir l’UE du danger», a-t-il ajouté. Aujourd’hui le risque est plus grand face à l’éventualité d’une coopération entre mouvements terroristes sahélien, nigérien et somalien mettant en péril la stabilité de l’Atlantique à l’océan Indien et au Golfe. La ministre espagnole qui s’est félicitée de la qualité de la coopération bilatérale dans les domaines politique, économique et culturel avec «un pays ami et allié» a affirmé que ces échanges et cette action commune englobent également le cas des deux touristes enlevés dans les camps. «Je me félicite de cette coopération comme je me félicite du niveau, de la qualité et de la diversité de nos échanges avec un pays dont le processus de réformes est un exemple pour tous les pays de la région», a-t-elle ajouté. Elle a annoncé que l’Espagne s’emploiera à donner un contenu fort au Statut avancé du Maroc et a assuré que la crise- de laquelle elle a assuré que l’Europe est capable de sortir plus forte que jamais- n’aura pas de prise sur la coopération bilatérale. Interrogé sur le fait de savoir si l’élection du Maroc au Conseil de sécurité va profiter à la question de l’intégrité territoriale, M.Fassi Fihri a répondu que le Maroc a principalement été élu par l’Afrique qui a massivement voté en sa faveur afin de défendre les multiples dossiers du continent, dont il a dit qu’ils constituent les deux tiers des cas examinés par l’ONU. «Nous avons été élus par l’Afrique pour nous mettre à son service et c’est ce que nous ferons», a-t-il conclu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *