Mobilité des fonctionnaires : La réforme tourne au fiasco

Mobilité des fonctionnaires : La réforme tourne au fiasco

Le ministère de tutelle évoque un désintérêt de la part des autres départements ministériels

Selon Driss Meroun, «l’examen de la possibilité d’organiser des concours de recrutement conjoints entre plusieurs ministères vise à rationnaliser les dépenses publiques en rapport avec l’organisation des concours de recrutement et la simplification des procédures d’organisation de ces concours».

 

Voilà une réforme qui fait pschitt ! La mobilité des fonctionnaires devait permettre à l’administration de redéployer ses agents sans besoin de recruter pour optimiser la gestion de ses ressources humaines. L’objectif était de redéployer les fonctionnaires selon les besoins de l’administration d’un établissement vers un autre, le cas échéant d’une zone géographique donnée vers une autre. Seulement voilà, le ministère délégué auprès du chef de gouvernement chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration parle d’énormes difficultés rencontrées par ladite réforme.

Entrée en vigueur en 2016, le bilan de la mobilité des fonctionnaires l’année passée reste largement en dessous des objectifs. Fait marquant, la réforme sur la mobilité des fonctionnaires n’a pas capoté en raison de l’opposition des syndicats ou des fonctionnaires mais la source de cet «échec» est à chercher au sein même du gouvernement sortant. En effet, le ministère de tutelle évoque un désintérêt de la part des autres départements ministériels. Ce n’est pas tout. Les ministères ne prévoient toujours pas des postes budgétaires pour permettre aux fonctionnaires des collectivités territoriales d’être automatiquement réaffectés. «La première expérience en 2016 nous a permis de découvrir combien il est difficile de cerner des opportunités de mobilité offrant la possibilité d’être réellement concrétisées en raison notamment d’un déséquilibre entre l’offre et la demande», a expliqué Driss Meroun, ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration par intérim. La mise en œuvre du décret sur la mobilité et les moyens de dépasser les obstacles a été au centre d’une réunion des directions des ressources humaines au sein de la fonction publique.

Plusieurs ministères, un seul concours !

Au cours de cette réunion qui a connu la participation du ministre par intérim ainsi que les hauts cadres de l’administration publique, les responsables ont annoncé la mise en œuvre de concours conjoints entre les différents ministères. Le projet est toujours en stade d’étude mais les responsables semblent déterminé à aller vers une mutualisation des concours d’accès à l’administration publique. «L’examen de la possibilité d’organiser des concours de recrutement conjoints entre plusieurs ministères vise à rationnaliser les dépenses publiques en rapport avec l’organisation des concours de recrutement et la simplification des procédures d’organisation de ces concours ainsi que le renforcement des principes de neutralité et de transparence dans les recrutements», a déclaré M. Meroun. L’administration semble faire de la mutualisation son leitmotiv pour les prochaines années. Dans ce sens, le ministère de tutelle annonce la mise en place d’un système intégré de gestion des ressources humaines au sein de l’administration publique. Ce système doit, en effet, permettre de réaliser des économies à l’Etat en évitant de mettre en place des systèmes de gestion propres à chaque administration.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *