Mohamed Haddani et Mohamed Elofiri : Deux candidats non-voyants aux législatives

Mohamed Haddani et Mohamed Elofiri : Deux candidats non-voyants aux législatives

Le handicap ne constitue guère un obstacle à l’exercice de la citoyenneté. Un acte courageux de la part de Mohamed Haddani et Mohamed Elofiri qui ont défié leur cécité pour se présenter aux élections législatives du 25 novembre 2011. Ces deux non-voyants membres du Parti du renouveau et de l’équité (PRE) sont candidats au niveau de la circonscription de Ain Chock à Casablanca qui comprend trois sièges. M. Elofiri qui se présente comme tête de listes, s’était déjà porté candidat lors des législatives de 2007 mais sans succès. Et il garde toujours espoir. Ce professeur d’éducation islamique à l’Organisation alaouite pour la promotion des aveugles au Maroc (OAPAM) et acteur associatif ne cache pas que ce sont les habitants de Sidi Maârouf avec qui il a travaillé dans le cadre de plusieurs projets sociaux qui l’ont poussé à se présenter aux législatives. Pour sa part, M. Haddani est deuxième de liste. Ces deux candidats estiment qu’il est temps de permettre aux personnes en situation de handicap d’accéder à des postes de responsabilité pour mieux faire valoir leurs droits. «Le Maroc compte près de 5 millions de personnes en situation de handicap. Et nous voulons défendre les droits de ces personnes qui continuent d’être marginalisées dans la société», déclare  M. Haddani, membre de l’association des mal-voyants «La fraternité». Conscients de l’importance de ces élections, les deux candidats appellent les citoyens marocains à voter massivement et à faire le bon choix. Ces deux candidats du PRE n’auront pas la tâche facile à Aïn Chock face au candidat commun de l’Alliance pour la démocratie et aux candidats du PJD et de l’USFP. Ainsi, ils comptent sur le soutien massif des électeurs relevant de cette circonscription.
Pour ce qui est du programme électoral, ils promettent de militer sous la coupole du Parlement pour un changement profond dans les secteurs de la justice, de l’éducation et de la santé. Ils aspirent, en outre, à une meilleure justice sociale et à une lutte efficace contre la corruption et la précarité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *