Mounia Rhoulam : «La nouvelle Constitution a besoin de nouvelles élites politiques»

Mounia Rhoulam : «La nouvelle Constitution a besoin de nouvelles élites politiques»


ALM : Quelle est la valeur ajoutée que vous proposez aux électeurs à travers votre candidature ?
Mounia Rhoulam : Ma  candidature vient dans un contexte politique marocain, entamé par le vote massif  et positif de la Loi suprême lors du référendum du juillet 2011. Avec cette nouvelle Constitution le Maroc est entré dans une nouvelle ère :  le choix démocratique est  constionnalisé  comme étant une constante, c’est-à-dire un choix irréversible, aucune révision ne peut le toucher. Il reste le grand exercice de la mise en œuvre de cette Constitution, qui doit être assurée par les nouvelles institutions issues du processus électoral qui sera entamé le 25 novembre. Aussi, la nouvelle Constitution a besoin de nouvelles élites issues des partis politiques et ayant la capacité et les compétences pour la reconstitution des institutions de l’Etat selon le modèle démocratique qui a démarqué le Maroc en tant que «modèle» pour la région MENA, dans un contexte arabe très perturbé. C’est dans ce cadre que vient ma candidature comme jeune partisane, très attachée à mon pays et ayant une grande volonté, et je dirais même une grande capacité de participer à cette reconstitution.

Quelle est la place des femmes dans le programme électoral du parti de l’Istiqlal ?
Le parti de l’Istiqlal consacre une place très importante à la femme comme étant la moitié de la société. De ce fait la femme est présente dans toutes les mesures proposées par le parti dans son programme électoral (concernant l’emploi, la formation, l’éducation, la santé, le logement.. ) et dans son projet sociétal basé sur l’égalitarisme. Et si on se penche seulement sur la question féminine, le parti dans son programme a intégré la femme dans une logique de  «citoyenneté sans discrimination», et à cet égard il a proposé plusieurs points pour lutter contre la discrimination à l’égard des femmes.

La loi réserve désormais 60 sièges aux femmes dans le cadre de la liste électorale. Cela est-il suffisant pour garantir une bonne représentativité des femmes au Parlement ?
Evidemment ce n’est pas suffisant pour garantir une bonne représentativité des femmes au Parlement, puisque la Constitution prévoit la parité homme-femme dans toutes les institutions de l’Etat et non seulement le Parlement. Aujourd’hui on est encore loin de la parité mais le mécanisme de la liste ne peut pas à lui seul nous donner cette parité, on est obligé d’inventer d’autres mécanismes pour réaliser cet objectif, en l’occurrence normaliser l’élection des femmes par voie normale, à savoir les listes locales. Et les partis politiques doivent être obligés par une loi à présenter des candidatures féminines en tant que têtes de listes locales.
 
Quelle est votre stratégie pour la campagne électorale en cours ? Et quels sont les moyens déployés pour cette opération ainsi que le montant alloué à la campagne ?
En ce qui concerne la campagne électorale pour la liste nationale des femmes et des jeunes, nous au parti de l’Istiqlal, nous avons prévu une caravane composée de huit autocars qui vont traverser toutes les régions, voire toutes les circonscriptions locales à travers tout le Royaume pour voir les citoyens dans les quatre coins du Maroc et ouvrir des discussions avec eux et leur présenter et discuter notre programme électoral en général et le volet qui concerne les jeunes et les femmes en particulier et aussi pour les écouter et connaître leurs attentes.

Comment évaluez-vous les chances du parti de l’Istiqlal lors de ces élections ?
Nous au parti de l’Istiqlal, en premier lieu, nous lançons un appel aux citoyennes et citoyens pour aller voter massivement le 25 novembre pour l’avenir de notre cher pays. Pour les résultats, on est très confiants que les Marocains (nes) vont faire preuve d’une grande maturité politique et vont voter le parti de l’Istiqlal qui a déjà réalisé 85% de ses engagements avec les citoyens en 2007 et qui leur présente aujourd’hui un programme réaliste et réalisable. Bref, le parti de l’Istiqlal va arriver premier le 25 novembre «inchae allah».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *