Nadia Yassine comparaît

Nadia Yassine comparaît

Un nouveau report du procès de Nadia Yassine. Le tribunal de première instance de Rabat a décidé, hier mardi, d’ajourner le procès de la fille du guide d’Al Adl Wal Ihssane au 19 avril 2007. Selon des sources ayant assisté à l’audience d’hier, ce report intervient pour "vice de forme", les quatre personnes poursuivies n’ayant pas reçu les convocations du tribunal du quartier r’bati "L’Océan".
Outre Nadia Yassine, poursuivie pour "offense et atteinte aux institutions sacrées du Royaume et trouble à l’ordre public", trois journalistes de l’hebdomadaire " Al Ousbouiîya Al Jadida" comparaissent également lors de ce procès en vertu de la loi formant Code de la presse et dont les dispositions prévoient, pour ce genre de délit, des peines d’eprisonnement allant de 3 à 5 ans assorties d’amendes variant entre 10.000 et 100.000 dirhams.
L’on apprend d’ailleurs qu’aucune des personnes poursuivies dans le cadre de ce dossier n’a répondu présente lors de l’audience d’hier.
C’est le troisième report du genre après ceux du 28 juin et du 14 mars 2006. Lors de sa première comparution, Nadia Yassine et les adeptes de son père ont organisé un véritable show dans les rues engorgées du quartier "L’Océan" : une gigantesque manifestation savamment orchestrée par le service d’ordre d’Al Adl Wal Ihssane.
Il y a moins de deux semaines, Mohamed Abbadi, responsable influent d’Adl wal Ihssane jugé par le tribunal de première instance d’Oujda, a écopé d’un an de prison pour avoir enfreint une décision de justice. La même peine avait été prononcée contre trois autres adeptes de Abdeslam Yassine dans la même ville : Bachir Obeïd, Abderrahmane Khodeïr et Anouar Maghza. Les quatre ont été poursuivis pour avoir passé outre une décision de la justice qui avait décidé la mise sous scellés du domicile de Mohamed Abbadi, soit la même demeure qui avait continué à abriter, malgré les mises en garde de l’autorité, des réunions nocturnes illégales des adlistes dans le cadre de leurs "journées portes ouvertes".
Nadia Yassine, "tétanisée" par un passage aux Etats-Unis à l’université de Berkley, avait affirmé dans une interview à «Al Oussbouîa Al Jadida» que la monarchie n’était pas «une fatalité» pour les Marocains et que le régime s’écroulerait de lui-même.
Suite à ses déclarations, la fille de Yassine, qui s’est découvert un faible pour le régime républicain (en contradiction d’ailleurs avec la "ligne" du mouvement fondé par son père), a été convoquée, le 7 juin 2006, par la police judiciaire de Rabat sur ordre du Procureur du Roi.
Nadia Yassine, dont la dernière "victime" n’est autre que l’UNESCO (qu’elle accuse de censure), est soutenue par un collectif d’avocats regroupant des dizaines de robes noires adeptes d’Al Adl wal Ihssane.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *