Notre sondage : Subvention du football : les avis divergent

Pour beaucoup de lecteurs d’ALM, le montant avancé par le gouvernement pour la mise à niveau du football national est substantiel. Sur les 1.198 votes recueillis pour notre sondage de la semaine (www.aujourdhui.ma), près du quart sont de cet avis (24,5 %). Ceux qui jugent ce coup de pouce gouvernemental pour un football national professionnel (280 millions DH) est suffisant représentent 37,4%, soit un peu plus que le tiers des sondés. Cette tendance est inversée chez ceux qui jugent que ce n’est pas assez. En effet, 38,1 % de nos lecteurs sondés pensent que cette enveloppe est insuffisante. Autrement dit, l’écrasante majorité des personnes interrogées (24,5 % + 37,4 %) se font plutôt une bonne idée de l’initiative gouvernementale, soit près des deux tiers en tout.
Le 7 juin dernier constituera une date à retenir dans les annales du football et des sports au Maroc en général. Ce jour-là, le gouvernement annonçait l’octroi d’une subvention de 280 millions de dirhams pour la mise à niveau du football national. Cette subvention a été accordée dans le cadre d’un contrat-programme d’une durée de quatre ans. Les autres signataires, Fédération royale marocaine de football (FRMF) et collectivités locales ont chacun leurs propres engagements. La première a pris sur elle d’avancer un montant équivalent à celui concédé par l’exécutif. Les collectivités locales, elles, devront fournir plus d’efforts côté infrastructures et notamment la restauration des stades.
Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, bientôt le Royaume devra compter un total de 15 centres de formation pour les jeunes alliant formation et enseignement. Solution qui a donné ses preuves ailleurs et permis de constituer de véritables pépinières-réservoirs de talents et pour les clubs et pour les équipes nationales de diverses catégories. L’autre bonne nouvelle est que l’on disposera, en vertu de ce contrat-programme, de stades «garnis» de pelouses artificielles devant résoudre la problématique du climat et autres aléas fatals pour les pelouses.
En vertu également des engagements des parties concernées, cette professionnalisation passera par la disparition de l’actuel statut des clubs de foot nationaux appelés à se muer en sociétés anonymes et rompre avec le système des associations à but non lucratif. Etalé sur quatre ans, ce contrat-programme devra connaître un début d’exécution avec l’entame de la prochaine saison 2005-2006. En attendant peut-être que des mesures similaires soient prises en faveur d’autres sports non moins populaires et non moins « rentables » pour l’image du Maroc à l’international.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *